La commune de Moroni dépouillée par le gouvernorat de Ngazidja

La reprise de la gestion des deux marchés de la capitale par le gouvernorat de Ngazidja fait grincer des dents. Mohamed Abdou Soilih alias Dr Masse, ce Chargé de mission de la mairie de la capitale proteste contre cette décision. Surtout qu’il s’agit d’un arrêté du ministre de l’intérieur de l’île qui a attribué depuis 2005 cette gestion à la commune.

Dr Mass Chargé de mission à la Mairie de Moroni

Le Chargé de mission dit constater un vice de procédure sur la reprise de la gestion des marchés de la capitale. Il s’appuie sur un arrêté ministériel portant transfert de compétences à la commune de Moroni. Son article 1er stipule que « à compter du 1er juin 2005 relèvent de la compétence de la mairie de Moroni : la voirie, les marchés, la police municipale, l’Etat civil, l’urbanisme ». Dr Masse pense que le gouvernorat aurait du procéder par un arrêté et non pas par le forcing. « Agir ainsi est une pratique d’un autre âge », a-t-il dénoncé.

Il se pourrait que la reprise de ce service fasse partie d’une batterie de mesures que Ngazi-Ngomé prépare avant les échéances électorales des municipales prévues prochainement (dans le courant du premier semestre 2013). C’est pourquoi cet agent de la mairie de Moroni s’insurge contre ce qu’il qualifie de décision prise dans « l’illégalité et l’opacité ».

Et lui de s’interroger sur l’opportunité d’une telle décision. « J’aimerais que le gouverneur Mouigni Baraka regarde ce que font ses homologues Anissi Chamsiddine à Anjouan et Mohamed Ali Said à Mohéli », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, ce Chargé de mission de la commune de Moroni déplore aussi le spectacle désolant des dépôts sauvage d’ordures tout le long de la corniche et même dans le centre-ville de la capitale, alors qu’une solution est censée avoir été trouvée pour assurer la salubrité de la capitale.

A l’entendre, « la faute revient au gouvernorat qui aurait pris unilatéralement la gestion de la propreté de la capitale ». Depuis le mois de novembre le gouvernorat a repris la gestion des deux principaux marchés de la capitale. Et d’ailleurs, on a interdit aux agents de la mairie de vendre des tickets et de prélever les recettes. Et aux dernières nouvelles, « c’est le syndicat qui va gérer le marché ».

Maoulida Mbaé

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*