La confirmation du choix du peuple, un événement inédit aux Comores

Les  résultats sortis des urnes le  11 mai 2016 de l’élection partielle  organisée à en  Anjouan pour 13 villages  créditent   59.36 pour  cent pour  Azali , 38,26 pour  cent  pour  Mamadou et  2.38  pour cent pour Mougni . Dans  les  localités où se déroulait cette partielle  Azali  est  largement  en  tête et  le  candidat  du  pouvoir a  subi  une  défaite  cuisante . Cette victoire  du  candidat de l’opposition est  celle du  peuple comorien et de  tous  les combattants pour l’enracinement de la  démocratie dans  l’archipel.

Le  rejet du  candidat du  pouvoir dans  une  élection présidentielle  de  cette  nature est  un  événement  inédit   aux  Comores. Nous  pensons  qu’il  ne  suffit  pas   que  des  élections  soient  organisées  dans  un  Etat  et  que  ses  dirigeants  soient  officiellement  élus  par  une  grande  majorité  de  citoyens  pour  que  le  régime  soit  véritablement  démocratique  .

IL  faut  aussi  que  les  citoyens   dont  les  opinions  s’opposent  à  la  majorité   présidentielle  puissent  s’exprimer librement . Ce  scrutin s’est  déroulé de  manière pacifique sans  un incident  majeur ;  et  c’est  grâce  au  concours  du  chef  d’ Etat-major de  l’armée  qui  a  placé  les  militaires dans  les  13  villages pour sécuriser lé  scrutin . C’est  un geste  républicain  et  salutaire  pour ce  militaire de  profession.    

Dans  l’histoire politique des  Comores post-indépendantes  ,les élections étaient  toujours truquées pour  obtenir des  votes  massifs  en  faveur  du  pouvoir en  place  . Les  électeurs  comoriens étaient  toujours méprisés , voire considérées comme des  choses  vivantes ; alors que  voter , c’est exister , et  choisir . Dans  la  pensée  grecque , la  liberté étant  donc la  liberté de  choix du  citoyen et  sa  responsabilité .Le  succès  foudroyant d’internet  qui nous  informe  en temps  réel des  chiffres exacts sortis des  urnes  est  un  outil de communication anti-fraude pour  les  défenseurs des élections libres et  transparentes ,mais aussi une  arme  redoutable  qui  anéantit  les  habitués de  la  triche et  des  fraudes à répétition .  

Le  candidat  du  pouvoir et  ses  partisans mobilisés pour  un dernier coup de poker  lamentable  ont  du  mal  à  admettre  cette déroute électorale et de comprendre  qu’une page  est  tournée.

Les  Comores vont rejoindre les  quelques  pays  emblématiques du  continent en  matière de  démocratie . En  attendant  la  validation définitive de ces résultats par  la  cour  constitutionnelle le  16  mai prochain,  AZALI doit jubiler avec retenue cette  victoire  éclatante ,car le peuple comorien  ne lui a pas  donné un  blanc-seing  de  faire ce qu’il veut durant  ce  mandat de cinq ans ;    il  a  été élu  non pas  par un amour béat mais par  un courant anti-Mamadou sans précédant  régnant  dans  l’archipel .

Mohamed  IBRAHIM  MIHIDJAY

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*