La Constitution de 2001 s’est débrouillée pour faire du Président de l’Union, le chef du gouvernement, de la diplomatie et le chef des armées

Il est où le bonheur ? Il est là !

Mr le Président, écoutez Maé. Votre bonheur est là. Ne le cherchez pas ailleurs.

Regardez, lisez et vous verrez.

La Constitution de 2001 s’est débrouillée pour faire du Président de l’Union, le chef de l’Etat, le chef du gouvernement, le chef de la diplomatie et le chef des armées. Trop de chef, tout cela à la fois et dans un seul homme.

Elle lui a accordé, seul, le pouvoir de nommer aux emplois civils et militaire, celui de faire grâce, de négocier nos traités, d’accréditer les ambassadeurs et de décider, en ce qui nous concerne de la paix et de la guerre.

Toujours plus généreuse, la Constitution lui a octroyé seul, le pouvoir de dissoudre le parlement selon ses humeurs, par ordonnance de faire la loi en lieu et à la place des députés, de prendre des mesures exceptionnelles dont il est seul a apprécié les circonstances, de determiner et de conduire la politique de la nation, de projeter les lois ordinaires, d’initier les revisions, de proposer le budget et de promulguer ou non tous ceux-là.

Avec la Constitution, le Président de l’Union, est tout puissant, omniprésent, et surtout irresponsable. Dans cette Constitution, Le Président est déjà grand, très grand. Les autres pouvoirs ne sont que des nains comparés. Si d’aventure, ils essayaient d’aller contre sa politique que seul, il peut decider de leur sort d’un trait de plume : mettre fin au mandat des représentants de la nation, révoquer les ministres de la République et peser de toute sa pression au conseil supérieur de la magistrature. Il est ici, il est là, il est partout.

Si un Président de l’Union veut faire emerger les Comores mais que pour cela il a besoin d’agir en sultan, prince, hokage, tsar ou bien thanos, eh bien, la Constitution actuelle lui en donne les moyens. Quel bonheur ! Alors pourquoi ne pas ameliorer à la marge ce qui ne marche pas. Pourquoi diable la changer?

Tout simplement, parce que ce n’est pas exercer le pouvoir qui intéresse. Ce qui compte, c’est durer au pouvoir, et dans la Constitution, cela fait défaut. 5 ans c’est court et tourner c’est chiant. Croyez moi, un autre viendra qui trouvera que la nouvelle constitution ne va pas trop loin dans la conservation du pouvoir. Nous serons de nouveau appelés aux urnes pour en adopter une autre et corriger ce défaut. Ainsi de suite, cela ne s’arrêtera jamais. Ce n’est pas agir avec le pouvoir qui importe, c’est durer avec celui-ci qui obsède. C’est un travers de tous les hommes. Une expérience éternelle disait Montesquieu, donc ne les blâmons pas. Le seul qui a le pouvoir indéfiniment et en permanence c’est le peuple souverain, disons simplement stop !

Rafsandjani Mohamed

2 commentaires sur La Constitution de 2001 s’est débrouillée pour faire du Président de l’Union, le chef du gouvernement, de la diplomatie et le chef des armées

  1. Docteur merci. Mais il est sourd aveugle et ivre. Soit attendre longtemps soit le copier: coup de force. Il a toujours été allergique à la constitution et à ses proches politiques. Caabi Ben Massound Djaffar des vice présidents.

Répondre à Boinali Mohamed Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*