La corruption et les détournements plombent le rêve de la tournante mohelienne !

A l’approche du premier anniversaire de l’intronisation du Dr Ikililou Dhoinine, à la tête du pays entant que premier président mohélien dans l’histoire des Comores indépendantes, la résignation a laissé place à la frustration. Les comoriens se sentent ‘’ trahis’’, ‘’ sacrifiés’’, ‘’humiliés’’ voire ‘’ manipulés’’ par celles et ceux qui détiennent le pouvoir, et qui ont juré devant le peuple de mener le combat contre la corruption, et pourtant, chaque jour qui se lève, une affaire de détournement des deniers publics s’invite dans la gestion de ces douze derniers mois de pouvoir, avec leur complicité, sans qu’il y ait la moindre sanction. On s’acheminerait vers du laisser aller, devenu de plus en plus inquiétant, aux yeux du peuple.

L’impunité que l’on construit à l’intérieur du pouvoir mohélien, atteint aujourd’hui son paroxysme. Des dizaines des comoriens qui ont fait le déplacement pour aller assister à la conférence de presse qui a réuni plusieurs journalistes à l’occasion de la journée mondiale des télécommunications, n’en reviennent pas. Ces curieux n’ont pas pensé un instant que c’est Abiamri Mahamoud mis en cause dans une affaire de détournement dont le montant est estimé à plus d’un milliard de francs comoriens, qui va animer cette conférence. Or, c’est vrai, c’est lui en personne, entouré d’une poignée de complices. Le grand absent est son compagnon de route, l’ex-directeur général, de Comores Telecom, l’intouchable Charikane, actuellement en visite privée en France, pour ‘’ jouir’’ de sa fortune, volée sur le dos des comoriens.

Très décontracté devant les journalistes, le sourire affiché, on lisait sur son visage le mépris qu’il a à l’égard de ceux qui l’ont nommé et qui n’osent pas le relever de ses fonctions, par peur de dévoiler la liste de ses heureux gagnants, qui bénéficient chaque jour de la manne financière qu’il cache dans un coffre fort situé dans sa voiture. On ne peut croiser les bras face à ce mépris, au moment où l’on connait tous les résultats de l’enquête menée par la brigade de recherche qui a bel et bien décelée le vol en bande organisée entre Charikane et Abiamri. Dans un pays qui se respecte avec une culture d’Etat, ces deux hommes seraient déjà en prison en attendant la suite de l’enquête. Et si l’on avait peur des foudres de leurs protecteurs, Sambi et Sity Kassim, relais et continuité oblige, pourquoi n’a-t-on pas suspendu au moins, l’actuel directeur et interdire tous les deux complices de ne pas quitter le territoire. Mais on les a laissés partir cacher leur fortune à l’extérieur, et prendre les miettes qui restent pour organiser des assises contre la corruption. De qui se moque-t-on ? Comme Abiamri a parfaitement compris que le comorien est impressionné par les chiffres, il a fallu annoncer un chiffre d’affaires de 26 milliards de francs comoriens pour hypnotiser les moins avertis. Opération de séduction réussie.

Tout le monde sait que Comores Telecom et SNPSF sont les champions de la corruption et des détournements. Les chiffres parlent d’eux-mêmes et il suffit de les lire. Au risque de froisser certains, il est grand temps qu’on brise le mur de silence qui entoure ces ‘’vaches à lait’’ qui ne servent qu’à une minorité, parce qu’un jour on viendra nous sortir des chiffres d’affaires qui n’existent que sur le papier. A la SNPSF, après le massacre organisé par ses propres agents, on est parti chercher les mêmes pour le redressement de la société, or, on connait tous que le système est le même du technicien au cadre supérieur. Ceux qui sont à la tête de la SNPSF aujourd’hui, sont ceux qui ont dirigé hier Comores Telecom, et beaucoup de dossiers brûlés pendant l’ère Sambi pour favoritisme entre cousins et neveux, vont ressortir et attendons-nous à de nouveaux rebondissements, même si l’on sait que tout le monde à l’instar de Charikane et Abiamri bénéficieront de l’impunité mise en place par le Relais.

On nous disait toujours que l’exemple doit venir d’en haut, or, à la vice-présidence en charge de l’équipement, se nourrit le doute, et la corruption entache les initiatives prises par ikililou pour enrayer ce fléau. La passation des marchés publics a enrichi le patron et les siens. Et une fois devant le président Ikililou, on évoque le Relais et la Continuité et on l’empêche d’aller trop loin dans sa vision de lutte anti corruption. Il est impensable que jusqu’au jour d’aujourd’hui, personne ne sait le montant des passeports comoriens vendus dans le cadre de la citoyenneté économique et n’en parlons pas le montant exacte de l’argent. On se contente des miettes laissées par les auteurs de cette opération à la mafia italienne, au lieu de convoquer le premier concerné, notamment Sambi pour s’expliquer. Au ministère de la justice, on demande des preuves, comme si on ne dispose pas une brigade de recherche dont sa mission est d’enquêter et d’établir les faits. La plainte déposée contre Sambi, semble ignorer par la justice, mais le peuple l’a toujours en tête et le jour où on aura une vraie justice, tous les acteurs de ce ‘’ crime’’ défileront devant un jury populaire et le verdict sera sans appel.

Il est clair que les dérapages financiers qui ont marqué la présidence de Sambi gagnent de terrain dans cette tournante mohelienne, et on s’achemine également vers une culture d’impunité, ce qui fait qu’aucun voyou ne s’inquiète, mais toutes et tous, défient le peuple et répètent à qui veut l’entendre ‘’ Yinu Nde Yahatru’’ (c’est notre pouvoir). Par ailleurs on lance un appel solennel au président Ikililou de mesurer la tache que le peuple lui a confiée, en se disant que ce dernier pourrait se révolter car devant l’enfer que nous fait subir ses collaborateurs proches et membres de son gouvernement, on se sent à moitié ‘’ mort’’, et on n’est pas prêt à céder à cette ‘’mort’’ voulue par les siens, dans un sens de faire disparaitre la république par des actes de détournements et de corruption.

 

AHMED KASSIM

1 commentaire sur La corruption et les détournements plombent le rêve de la tournante mohelienne !

  1. seul les intellectuels comoriens son les seul fautife de ces problemes je suis un étudiants patriote et la seul chose que j’éprouve en vers ces responssable n’est que du mépris

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*