La Cour constitutionnelle, j’ai peur de me réveiller dans un pays en guerre

wpid-screenshot_2016-04-30-09-12-19-1.png

Votre passé ne me réconforte pas, vos hésitations non plus. J’ai peur que vous fassiez l’erreur du siècle propulsant le pays dans la fin de tout espoir, créant un climat du déjà entendu et vu au Kenya, au Rwanda, au Mali, en Côte d’Ivoire, en Somalie, au Soudan…

image

Depuis les législatives dernières, j’ai commencé à douter de votre honnêteté professionnelle et les primaires des présidentielles ont confirmé mes doutes. J’ai peur de me réveiller dans un pays en tragédie, méconnaissable à cause de la décision de ses sages, ceux là même qui devraient sortir le pays de l’impasse.

Vous savez la vérité de ce qui s’est réellement passé dans ce petit pays d’au moins 500 000 votants et qui a fallu presque un mois pour connaître des résultats. J’ai peur que vous avez peur de lire la vérité et vous cherchez à faire plaire à tout le monde par un troisième tour. Je vous dit avec conviction que mille tours ne pourront donner la victoire à Mamadou, Anissi ou Ma Haloua. Croyez moi, le peuple est intraitable là-dessus.

Je sais la souffrance d’un certain nombre de conseillers de cette Cour qui s’oppose à la façon d’agir de leur institution. J’ai peur qu’ils restent fatalement naïfs au lieu de rendre leurs tabliers en claquant la porte avec fermeté. Rien ne vaut l’unité et la dignité du pays, Messieurs les Conseillers honnêtes! Votre démission rendra un grand service à ce pays. Ne venez pas nous dire demain après l’explosion que vous l’aviez dit. Le moment est propice pour remettre vos clés. Le peuple est témoin. Dieu aussi.
Ne sous estimez pas la colère du peuple! ne croyez pas que les couvre feu et l’intimidation par les armes sauront stopper un peuple conscient. Khaddafi, Moubarak seraient toujours là marchant sur le sang des citoyens.

Pour une fois, soyez dans le droit afin de nous faire oublier la jurisprudence Dolpic ou autre Fahami.

BEN ALI

1 commentaire sur La Cour constitutionnelle, j’ai peur de me réveiller dans un pays en guerre

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*