La CRC section Itsandra-Hamanvou en ordre de bataille

Le Président  de l’Union des Comores, S.E.M. Azali Assoumani a fait la prière du Vendredi 29 Décembre 2017, dernier Vendredi de l’Année dans la ville de Hahaya dans la région d’Itsandra-Hamanvou. 

Une occasion pour le chef de l’État de souhaiter en premier, à sa région adoptive, les vœux de nouvel an 2018 mais aussi, au passage, parler des Assises Nationales, Espoir de toute une Jeunesse.

En conséquence, la ville de Hahaya et l’Itsandra-Hamanvou, par la voix du très charismatique notable, Secrétaire Général de la Notabilité de Ngazidja et ex-préfet de la région Abdérémane Ali Hamadi ont dit oui à l’Organisation des assises nationales qui est une réalité incontournable pour l’Émergence des Comores à l’horizon 2030.

L’Itsandra-Hamanvou se dit prêt à accompagner le chef de l’État dans sa politique de l’Emergence.

Le Secrétaire Général par intérim du parti CRC, Yahya Mohamed Iliassa a, de sa part, montré la politique d’ouverture prônée par le chef de l’État et son parti politique.
Par Tadjidine Ben Ahmed, secrétaire général adjoint à la présidence de la République, militant de base de la CRC le parti au pouvoir

2 commentaires sur La CRC section Itsandra-Hamanvou en ordre de bataille

  1. Les hommes et les femmes ont toujours besoin d’une tradition pour légitimer leurs actes.

    La ville de hahaya est entrain de se démarquer de son authenticité.
    Cette dernière avait une force de frappe redoutable pour tous les gouvernements successifs. Elle était parmi les 10 villes auxquelles faisaient trembler les hommes politiques. C’est ainsi que pendant la première mandature du dictateur local azali assoumani Mougabe, il a tout fait pour éviter une confrontation avec la jeunesse de hahaya.
    Cette bonne réputation d’une ville qui ne se laisse pas marcher sur leurs pointes de pieds est entrain de se volatiliser au profit de la gabegie sociale. Il faut dire malheureusement que quand une ville manque des amarres pour se fortifier, elle ne tiendra pas longtemps. Preuve en est que les jeunes et les notables ont laissé un individu comme azali assoumani Mougabe diriger une prière aussi importante que le vendredi. Ce criminel, cynique, voleur aussi menteur de la République n’aurait dû pas diriger la prière. Pour quoi écarter des imams sous prétexte qu’ils pratiquent la sorcellerie alors qu’au même moment, vous laissez un homme dangereux qui cherche à mettre le pays à feu et sang. Où est la logique de cette histoire ? Vous savez que le puschiste est un mounafik. Il ment au peuple comorien. Nous voulons qu’on nous explique explicitement qu’un homme politique comme azali assoumani Mougabe est mieux pour diriger une prière que toute autre personne. Cet homme est sans morale, ni pitié. Il faut noter que sa dangerosité est claire. D’abord,il a donné le pays aux habitants de Mitsoudje et les postes clés sont occupés par sa famille. Ce gouvernement ressemble à celui d’un ancien président zaïrois et son général Mahele. Tous les deux ont pillé le Zaïre jusqu’à l’os. Mais, quand la France les a lâché, ils ont fini leur course dans un trou de souris.
    Vous laissez donc, ce président vous faire de la morale. C’est dur à entendre un mounafik faire la leçon d’éthique. Vous imaginez un certain Yahya qui prétend être un homme de morale, alors que derrière, il cautionne un mounafik. Où est l’homme religieux ? Ceux qui légitiment la dictature, le mensonge, la trahison et le vol s’eterniseront dans les braises de l’enfer. Croire aux hommes religieux qui font de la politique, c’est croire à Satan. Car, Machiavel a bien dit dans le Prince que la politique et la morale sont incompatibles.

    Il est donc temps que la jeunesse se manifeste pour dire et chasser azali assoumani Mougabe, mais aussi les hommes religieux qui légitiment un pouvoir d’un mounafik.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*