La crise à l’assemblée profite-t-elle à Azali ?

La session parlementaire d’Avril est ouverte vendredi sous les coups et les noms d’oiseau qui volent. La question qui se pose est de savoir qui profite des altercations et de la pagaille au parlement. D’aucuns estiment que le président Azali est le premier bénéficiaire parce que non seulement il n’a rien dit depuis alors qu’il est reconnu comme le garant des institutions, mais également parce que les troubles tendent à fragiliser Juwa dont il aimerait lui aussi se débarrasser. Un autre point intrigue et fait penser que le président pourrait être derrière cette situation. Il s’agit de la non tenue des elections partielles à Anjouan qui aurait permis de dégager une majorité au conseil de l’ile. En effet, si l’on se rend compte que Maoulana Charif, homme fort et membre imminent du parti Crc est en train de collaborer avec l’opposition sans qu’il soit recadré par le chef de l’État, que les relations entre les membres du gouvernement issus de Juwa et les autres sont exécrables et que les entrevue se sont multipliés à Beit-salam en faveur de l’opposition, force est de constat que les carottes sembles déjà cuites et que le divorce entre Juwa et Azali est déjà consommée.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*