La diaspora comorienne revendique les 45 000 euros prévus pour la construction d’une maison à Paris

wpid-screenshot_2016-04-05-09-15-25-1.png

Aujourd’hui les ulémas comoriens en ile de France lèvent le ton dans l’affaire « maison des Comores à Paris ». C’est purement est simplement parce qu’il y’a eu malversation et vol d’argent de la diaspora comorienne de la part du président de la communauté comorienne en ile de France. Les mensonges et la corruption ont toujours était la préoccupation de ce grand uléma, c’est la vérité hélas.

image

Les mauvaises actions d’un chef religieux salissent les religieux ou les ulémas. Cela dit que les actions de foundi MOHAMED BOINA MZE « notre chef religieux à paris » ont Sali les ulémas comoriens et la région de Mbadjini.

La diaspora comorienne attend la réaction des ulémas de Mbadjini, quand FOUNDI BOINA MZE (originaire de Malé Mbadjini) dilapidait les 45000 euros récoltés lors du madjlisse des année 2000 prévu pour la construction d’une maison des Comores en France. Ce grand baobab de Mbadjini usait la religion et le milan-nantsi comme arme pour dilapider l’argent des comoriens.

Mohamed Boina mze grand frère de l’ancien ministre de finance sous feu du président Mohamed Taki se trouve dans le collimateur d’une malversation. Au début, il a été soutenu par les siens, dont les grands notables d’Itsandra et de Mboudé avec la force vive d’un grand notable pesant en ile de France Mze Abdou Elwahab (originaire de foumbouni-mbadjini). Mais les notables de Mbeni et de la région de hamahamet revendiquent avec un grand ton la restitution des 45 000 euros afin que la maison des Comores voit ses jours.

Excédé par les mauvais comportements, la mauvaise foi, l’irresponsabilité malsaine et la corruption indécente, Foundi Boina Mze a fait appel à son fils le trésorier de la communauté de son village (Malé-Mbadjini) pour dilapider 10.000 euros dans le compte de son village afin de laver son honneur de foundi-corrupteur. Il a eu dernier recours à un jeune étudiant de son village pour lui dérober ses ressources financières. Pour avoir l’argent de ce jeune doctorant de son village sous sa botte, il a eu recours à l’envoutement comme arme spirituel d’influence. Boina Mze a pu recolté 23 000 euros et payer sa dette.

Pour se debarasser du reste de la dette, Boina Mze a eu la stratégie de nommer son protegé mze Toulaibi comme nouveau président de La communauté de Mbadjini. Boina Mze cherche la stratégie « diviser pour mieux régner » et ne pas pouvoir payer les 22 000 euros restants.

Plus d’une fois, il ordonna a Toulaibi à ce que la région de mbadjini se retire dans les affaires comorienne pour rester autonome. Chose inadmissible au niveau de la tradition, puisque seul les hinya-za-ntsi (et non la région) qui exercent le pouvoir dans la tradition comorienne.

On en dénombre :

    « Hinya Matswa Pirussa : Bambao, Mitsamiouli et Mbwanku
    -Hinya Fwambaya : Itsandra, Hamahamet, Wachili, Dimani
    -Hinya Mdombozi : Mbadjini
   ….. »

Wabaladjoumbé wahe Comores

1 commentaire sur La diaspora comorienne revendique les 45 000 euros prévus pour la construction d’une maison à Paris

  1. Suite aux mensonges qui ont été proférés à notre cheikh Mohamed Boina Mzé, je tiens, moi, monsieur Mohamed Moindjie, à réagir avec beaucoup d’amertumes et de dégoûts.
    En effet la personne qui a écrit cet article dégueulasse et répugnant, et qui se cache derrière ce « Wabaladjoumbé wahé Comores », montre bien que cette personne ne connait pas du tout ce grand homme Mohamed Boina Mzé.
    Le traitant de voleur et de détournement de l’argent des comoriens et sans aucun scrupule, c’est vraiment ignoble, c’est un mensonge sans précédent. C’est un homme qui mérite notre reconnaissance vis-à-vis de ce qu’il a fait pour les Comores.

    En effet, cet homme était à la tête de l’association qui gérait les Madjilisse des comoriens qui résidaient en région parisienne entre 2000 et 2009. Avec son équipe, ils ont fait un travail formidable sur lequel, je vais citer quelques exemples :
    – Grâce aux Madjilisse, plusieurs milliards de francs comoriens sont arrivés aux Comores et ont servis aux villes et villages dans leurs rénovations, constructions d’édifices nouvelles (Mosquées, dispensaires, écoles…), des routes, des châteaux d’eau…,
    – À la dernière catastrophe naturelle de 2012 survenue aux Comores (région BAMBAO et HAMBOU) et qui a ravagée des villages entiers, l’association a débloqué plus 41 000 euro : un chèque de 30 000 euro et plus de 11 000 euros de matériels (des pompes de château d’eau et 7 gros cartons de médicament). On m’avait moi-même confié cette mission.
    – Au 28 mai 2012, devant plus de 600 hauts Notables venant de tous les coins des Comores, les médiats comoriens (ORTC et journaux locaux), des Ministres, Commissaires et le TPG, j’ai remis le cheque d’une valeur de 30000 euros et le matériel à notre gouverneur Mr Moegni Baraka à MRO DJOU.

    Je tiens à souligner que la décision de débloquer les 41000 euros sur un total de 60000 euros, a été prise lors d’une assemblée générale à la Mosquée de la Courneuve.
    Il reste un peu moins de 20000euros, le jour où les comoriens décideront de récupérer cet argent, son équipe établira le bilan financier au centime près.

    Il est temps d’arrêter de salir et d’humilier ce grand homme honnête, de reconnaître et lui rendre hommage de ses travaux et de ses engagements à vouloir nous aider dans nos développements.

    Mr Mohamed moindjié

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*