« La direction générale de l’industrie dispose désormais d’un outil précieux, pour accroitre la visibilité… »

​Discours de clôture: 

                                                                                                                                                            SEM Djaffar AHMED SAID HASSANI                                                                                           Vice Président en chargé du ministère de l’économie, de l’industrie, de l’artisanat, du tourisme, des investissements, du secteur privé et des affaires foncières
Monsieur le Représentant du Secrétaire Général du COMESA,

Mesdames et Messieurs les Représentants des secteurs, public et privé

Chers Invités,

Mesdames et Messieurs,

Nous voilà au terme de deux jours au cours desquelles vous avez eu à partager puis valider le document de stratégie industrielle nationale basée sur la transformation des ressources locales.

Je m’en réjouis de cet aboutissement et de l’atteinte de  l’objectif et des résultats de l’atelier. Nous avons là un motif de réjouissance. Car, grâce à l’appui du COMESA et de l’Union Européenne, à votre travail durant cette journée et demie, nous dotons le pays enfin d’une stratégie industrielle.

Mesdames et Messieurs,

Le rapport qui m’a été fait du déroulement de l’atelier, de vos contributions fructueuses, lors des discussions en plénière, mais aussi à l’occasion des travaux de groupe témoigne de votre assiduité, de votre intérêt pour ce cadre stratégique pour le développement sectoriel.  
Le document de stratégie industrielle nationale basée sur la transformation des ressources locales est désormais un cadre stratégique sectorielle nationale de référence. Elle est appropriée par les parties prenantes nationales représentatives ici présentes.

En ce qui me concerne, je m’attacherai à en faire un outil précieux, un guide dans mon action pour le développement industriel de ce pays.  

La direction générale de l’industrie dispose désormais d’un outil précieux, pour accroitre la visibilité de son action pour le développement du secteur  industriel de ce pays.

Mesdames et Messieurs,

La stratégie adoptée tire sa force dans la volonté de transformer des ressources locales existantes, de satisfaire la demande domestique, de viser le marché régional dans la mesure du potentiel identifié. Le deuxième point fort de notre stratégie national  est son ancrage à la fois dans une vision régionale du COMESA et la propre stratégie régionale consolidée de notre communauté économique régionale.

Avec son plan d’action, son cadre de suivi-évaluation, la stratégie adoptée est outillée pour une mise en œuvre efficace et efficiente. Nous aurons périodiquement à évaluer la mise en œuvre de la stratégie adoptée aujourd’hui. Je m’attacherai personnellement à la mise en œuvre efficace du plan d’action et au suivi-évaluation.
Mesdames et Messieurs,

Cette stratégie sectorielle n’est pas un cadre d’actions isolé. Elle s’insère dans la vision Comores émergeantes à l’horizon 2030, inspirée par Son Excellence le Président de l’Union des Comores, Monsieur AZALI ASSOUMANI. Elle s’aligne sur les cadres nationaux de référence pour le développement socioéconomique de notre pays que sont la SCA2D révisée, le Plan d’Investissement Quinquennale, les Objectifs du Développement Durable et l’Etude Diagnostique Intégration Commerce mise à jour.

Au terme de cet atelier, j’adresse une mention spéciale au COMESA et à l’UE pour leur soutien et accompagnement dans nos efforts de relever le défi du développement, de l’intégration régionale et dans l’économie  mondiale, d’une croissance génératrice d’emplois et de revenus pour nos populations.

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurais clore mon propos sans vous exprimer toute ma profonde gratitude. Mes remerciements vont aux parties prenantes nationales, aux amis et frères du Secrétariat du COMESA dépêchés  en la circonstance, aux consultants international et national et à  la direction de l’industrie.

Je déclare clos l’atelier national de validation du document de stratégie industrielle nationale.

Bon retour à Lusaka à nos amis du COMESA. Je vous remercie 

1 commentaire sur « La direction générale de l’industrie dispose désormais d’un outil précieux, pour accroitre la visibilité… »

  1. Mensonges ou moqueries du gouvernement AZALI.

    Azali prétend mettre les Comores sur les rails du développement. Cette initiative ambitieuse est loin de se concrétiser.

    Tout d’abord, un vrai développement est censé débuter par des infrastructures. Notamment, les routes, les bâtiments et les ressources humaines. Et tous ceux ci demande une vraie politique d’investissement de la part de l’État. D’autant plus que cette dernière exige une maîtrise de votre politique économique et monétaire. Et pourtant, les autorités comoriennes n’ont jamais eu une souveraineté monétaire.

    Par ailleurs, notre politique monétaire s’effectue à 12 mille kilomètres de chez azali.

    Par conséquent, votre prétendu développement sera voué à l’échec. Il faut dire que la banque centrale comorienne est une coquille vide. Car, elle ne joue pas son rôle de régulateur. Elle est censée veiller les prix en utilisant des deux armes dissuasives qui sont le taux d’intérêt directeur et l’Open market. Mais, comme vous n’avez pas une banque centrale comorienne mais, plutôt une banque commerciale, aucun développement ne pourrait être possible.

    l’État comorien peut collimater les infrastructures par les aides des pays donnateurs comme l’Arabie Saoudite, la Chine et l’Union européenne. Mais, vous allez faire la manche jusqu’à quand ? Azali croit vraiment qu’avec la manche le pays prendra le chemin du développement.
    En plus dans un contexte d’une guerre civile supposée, un investisseur investira aux comores.

    Un développement sans une mesure de sécurité est une illusion. En effet, l’économie est loin derrière la sécurité et la stabilité politique. Il faut insister que l’économie est un secteur d’incertitude et de fluctuation. Nul ne peut prétendre avec certitude ce qui arrivera demain. D’autant plus que les comoriens et le reste du monde s’inquiètent du comportement irresponsable du Colonel azali assoumani. Celui-ci, veut s’éterniser au pouvoir pour profiter les avantages illégaux de sa présidence.

    Enfin, azali ment et trompe les comoriens. On ne développe pas un pays par la mendicité.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*