La forêt de Karthala brûle

L’Incendie de Forêt de Dimani

Le 17 août, un feu de brousse, parti des hauteurs du village de Madjoma, a ravagé la forêt de Dimani, de Pidjani à Idjikundzi.

A Idjikundzi, vers 16 heure, l’air était irrespirable. De la colline d’où sont plantés les pylônes des deux opérateurs de télécommunications, on prenait mesure de la forêt embrasée.

Les villageois, ont d’abord cru que c’était les cultivateurs de taros qui brûlaient leurs champs pour enlever les mauvaises herbes, une tradition ancestrale. En fait un vent fort, venant de l’est et atteignant les 45 km/h a attisé le feu qui s’est transformé en incendie pendant la nuit. Pour les couches tard la nuit faisait peur. Les gens avaient peur que le feu ne descende jusqu’au village.

Dimanche matin, les villageois de Idjikundzi étaient très furieux. Le bilan est très lourd.

Pour certains, leurs champs de vanille ou de cultures vivrières étaient dévastés. Des éleveurs ont perdu leur bétail ; des vaches et des chèvres ont été brûlés. Très vite, les gens parlent de faire une prière « hitima » pour que Dieu se charge du pyromane. Ils n’ont pas confiance à l’État pour trouver et punir le ou les coupables.

A Idjikundzi, ayant pris connaissance de l’origine de l’incendie par la page HaYba FM, les habitants se sont alors tournés vers leurs voisins de Madjoma pour que le coupable soit trouvé.

Celui qui a causé le feu est bien originaire de Madjoma. Jeudi, nous avons appris son arrestation et sa garde à vue à la gendarmerie de Mtsangadjuu. Il reconnu être a l’origine de l’incendie. Il brûlait son champ avant de semer. Son épouse nous a indiqué que Mercredi, le chef du village a demandé à son mari de se rendre chez le prefet de Dimani. Après un court entretien, ce dernier lui a dit d’aller faire une déposition à la gendarmerie. Les gendarmes l’ont placé en garde à vue jusqu’à vendredi à 11h sans aucune explication.

A HaYba on s’interroge :

Existe-t- il des lois et des règles coutumières sur les feux de brousse provoqués par des hommes ? Si oui, que disent-elles ?

Peut-on se porter partie civile ? Et si oui, qui ?

Par HaybaFM (Titre: Comores Infos)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*