La fourberie du M11 toujours complice de la récupération des assises par Azali

DROIT DE REPONSE AU COMMUNIQUE DU M11 DE CE MARDI 17 OCTOBRE 2017 FAIT A MORONI.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

​Qu’il me soit permis de proposer la lecture de cet article dont voici le lien : (LES ASSISES NATIONALES) aux gens du M11 qui font toujours preuve d’un autisme douteux.
En effet, le M11 n’a pas su contenir le pouvoir dans son rôle de facilitateur et a pactisé avec ce dernier jusque-là dans la récupération des Assises par l’Etat. Il a de ce point de vue commis l’irréparable ; Le pouvoir s’est approprié les Assises et le M11 ne contrôle plus rien du processus. Seuls les paroles et les actes du pouvoir qui comptent.
Le communiqué de ce jour 17 octobre 2017 est donc un non-sens au regard d’une réalité déjà consommée. Contrairement au communiqué, les Assises ne créent pas de ferveur, c’est un sentiment de malaise grandissant de jour en jour qui domine à l’intérieur et au sein de la diaspora sans compter que les difficultés restent à venir. En termes de gains et de pertes, les Assises n’ont plus leur raison d’être à moins de constituer une démarche consciente et intéressée de permettre à Azali de parvenir à ses fins dont il ne fait plus mystère.
Le M11 doit tirer les conclusions qui s’imposent : se retirer sans tarder du processus des Assises, laisser Azali dérouler sa mécanique et éviter de lui donner de façon indue une caution citoyenne. Car cela compliquera la tâche du front républicain qui se dressera contre lui.
Nous regrettons que le discours, la vision du M11 n’aient guère évolué et pire le M11 cherche à diviser les comoriens en réservant de sorts différents à revendications identiques des gens. Le M11 acte le principe de la participation de la diaspora, car celle-ci est moins contrôlable et a les moyens de nuire aux Assises d’Azali. Au plan intérieur, le M11 ne craint pas la réaction des gens dont il partage sans doute le mépris du pouvoir envers ceux-ci et compte sournoisement sur la puissance publique pour sévir contre les îles. De ce point de vue, il emprunte la rhétorique du pouvoir contre ces dernières.
Qui peut accepter qu’on annihile ou que l’on noie au nom de je ne sais quoi l’expression insulaire, alors qu’Azali s’en est servi pour se hisser au pouvoir, il n’y a même pas deux ans ? Si l’insularité devient subitement à ce point une tare de notre société et obère le décollage socio-économique de notre pays, et bien allons jusqu’au bout de la logique :  » ON ARRÊTE LA TOURNANTE ACTUELLE « . Azali démissionne et on va vers des élections générales et il en sortira un pouvoir issu de cette nouvelle vision de notre société. Sans cela, c’est une tricherie ! C’est déconsidérer les anjouanais et les mohéliens ! C’est tripatouiller notre constitution selon sa convenance personnelle. Cela est inacceptable.
La crédibilité du M11 sera restauré s’il parvient à ce préalable.
Ahmed BOURHANE

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*