La France déconseille à ses ressortissants de se rendre à Anjouan. Pour quelle raison ?

​Le 30 juillet 2016, le ministère des affaires étrangères français publie dans son site http://www.diplomatie.gouv.fr/, l’information suivante :

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

 

« L’île d’Anjouan connait des flambées de violence. Suite à de nouvelles agressions contre des Européens, il est fortement recommandé de surseoir à tout voyage dans cette île jusqu’à nouvel ordre. »

 

Certes, pendant les élections il y a eu des violences perpétrées par les militants du parti Juwa dont est issu le Gouverneur actuel. Ensuite, les récents événements, qu’a connus Anjouan depuis l’arrivée du Gouverneur Abdou Salami au pouvoir, témoignent de l’insécurité qui ternit l’image d’une île qui a connu cinq ans de stabilité.

 

En réalité, aucun Européen n’a été agressé à Anjouan. Mais les raisons qui suivent peuvent justifier la publication de ce communiqué par le Ministère des Affaires étrangères françaises :

 

La publication de ce communiqué semble avoir un rapport avec des événements qui remontent en avril 2016 après les résultats du second tour des élections du Gouverneur à Anjouan.   Trois membres du Centre européen d’appui électoral (ECES) ont été menacés de mort par les militants du parti Juwa qui les ont traqués en vain. Ces trois représentants de cette structure d’appui aux élections ont quitté Anjouan à bord d’une vedette motorisée de type kwassa kwassa et ont passé la nuit en mer pour se rendre à Moheli. Si le Gouvernement français n’avait pas réagi à ce temps, cela suppose qu’il attendait le bon moment pour le faire.

Viennent également les trois récents à Anjouan en l’espace de deux mois, le discours populiste du Directeur de Cabinet du Gouverneur Salami appelant au meurtre ayant abouti au lynchage de Brando par la foule et fustigeant les occidentaux sur le sujet, les tentatives d’attaque par la foule contre deux étrangers se trouvant dans une pension à Mutsamudu accusés à tort d’être des trafiquants d’enfants le 29 juillet. Il s’agit ici d’une réalité du terrain qui pourrait pousser les autorités françaises à publier ce communiqué pour attirer l’attention de leurs ressortissants. En effet, les tendances observées depuis l’arrivée de Salami au pouvoir donnent l’impression que l’Etat n’existe pas à Anjouan.

 

Mais si on analyse la situation sous un autre angle, la première raison de la publication de ce communiqué pourrait être associée à une mesure de rétorsion contre les Autorités comoriennes sur la participation de Mayotte aux jeux des îles sans le drapeau tricolore comme La Réunion. La seconde serait que l’antenne consulaire de France à Anjouan envisagerait fermer ses portes. L’exploitation de l’idée d’insécurité peut constituer un bon alibi.   

 

Ben Soualaimane

2 commentaires sur La France déconseille à ses ressortissants de se rendre à Anjouan. Pour quelle raison ?

  1. Vu la haine en vers la France et les blancs que les comoriens témoignent à travers les milliers de commentaires années après années, il est plus que justifié d’éviter cette destination. Une telle barbarie quotidienne et qui a ces derniers temps dépassé toutes les bornes, ne peut présager qu’un séjour angoissant pour les touristes.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*