La France s’est révélée au grand jour

wpid-1462782058389.jpg

L’engagement de la France pour faire élire Mamadou est devenu de plus en plus flagrant au fil du déroulement des présidentielles au fur et à mesure que l’échec de son poulain devenait de plus en plus probable. Au premier tour, il fallait absolument éliminer le candidat de Sambi. Ce fut accompli. Les réclamations du candidat Fahami sur les innombrables irrégularités qui ont émaillé le tour préliminaire n’ont pas été entendues et le Mouvement NARAWAZE fut écrasé par la force. La France et ses amis croyaient avoir écarté le danger. Mais Mamadou n’a obtenu que 17%, une misère face aux moyens déployés. Et pire encore, une alliance entre Azali et Sambi a surgi d’on ne sait où venant perturber les calculs de la France. Et finalement Mamadou fut battu.

image

Mais pas question pour autant de l’accepter. Les tripatouillages des résultats ne permettant pas de combler le trou séparant Azali de Mamadou, il fallait d’un côté empêcher la publication des résultats par la CENI afin de donner « du temps au temps » et de l’autre l’Union Européenne (UE), c’est-à-dire la France, formula directement sans aucun masque, l’idée du « 3ème tour ». Malgré le tollé que cela a suscité, malgré le fait que l’UE s’est déjugée publiquement, la machine française était lancée. On assista même à une conférence de presse dans un des palaces les plus huppés de la capitale française durant laquelle des « simples citoyens » français se sont indignés que des Comoriens aient été privés de leur droit de vote et réclamaient en conséquence des partielles d’une élection présidentielle. Il semble même que l’ambassadeur de France aux Comores aurait piqué une crise de colère après la publication des résultats par la CENI. La France étant la France aux Comores, l’impensable fut acté et les partielles se dérouleront le 11 mai prochain.

Ceux qui ont tendance à minimiser le poids de la France dans nos affaires intérieures doivent comprendre le sens de cette implication française dans les présidentielles. La stratégie française d’après les indépendances africaines se fonde sur le placement à la tête des Etats africains de marionnettes à leur solde. Ce qui lui permet de couvrir d’un voile blanc troué ses manigances et ses crimes sur la partie francophone du Continent noir. C’est ce qui se passe chez nous depuis l’indépendance. En dehors de Sambi, les présidents comoriens qui se sont succédés à la tête de l’Etat viennent du sérail français des Comores. Et l’expérience n’a pas laissé que des bons souvenirs, car même si Sambi fut infiltré et donc fut sous contrôle, son image de mollah iranien, l’ouverture du pays vers d’autres horizons que le français, … font craindre des mauvaises surprises. En tout cas cette expérience ne mérite pas d’être retentée. D’où cette hargne française contre Sambi qui s’est étendue à Azali pour s’être lié avec le « diable » qui fait peur avec son aura incompréhensible.

Mais il faut aussi intégrer le fait que même s’il fut installé au pouvoir par la France, même si il a ouvert la brèche dans le dispositif d’isolement d’une Mayotte française dans l’Océan Indien, Azali est devenu, malgré lui, suspect aux yeux des français. Les accords de février 2001 qui sont à l’origine du Nouvel Etat Comorien ont souligné l’appartenance de Mayotte à l’Etat comorien, ce qui avait suscité le courroux de l’ambassadeur de France de l’époque, lequel a refusé de signer ces accords pour le compte de l’UE. Et enfin, durant la campagne, Azali est le candidat qui a le plus évoqué la question de Maore et qui plus est a formulé une proposition pertinente : des assises nationales sur la question de l’île comorienne de Mayotte.

On ne doit pas non plus oublier qu’Azali au pouvoir avait cherché à développer le pays. J’en veux pour preuve l’Université, il faut peut être rappelé que les groupes électrogènes qui fonctionnent encore aujourd’hui sont ceux qu’Azali avait achetés sur fonds propres comoriens. Une entrave à la politique française aux Comores dont un des axes majeurs consiste à empêcher ou freiner le développement de la partie indépendante. Chacun comprend que des Comores en bonne santé économique et financière conduira inévitablement à la fin de Mayotte française. Ce n’est pas sans conséquence que la propagande française mise sur une Mayotte opulente face à des Comores miséreux pour asseoir son annexion de l’ile comorienne!

Il convient donc de mesurer la responsabilité de la France sur ce qui arrive à notre pays sans pour autant dédouaner les dirigeants comoriens qui pour leurs intérêts mesquins acceptent de servir un « ami qui nous fait horriblement mal ». Il convient aussi de mesurer les enjeux de ces présidentielles. Il y va de notre indépendance. Mamadou doit être battu à plate couture et que cela serve de leçons aux suivants.

Idriss Mohamed

1 commentaire sur La France s’est révélée au grand jour

  1. MALHEURS A CEUX QUI CROIENT A AZALI OU MAMADOU.
    Ceux qui croient à un exploit de ces deux hommes pour sauver les comoriens sont les ennemis de l’archipel.

    notre pays souffre depuis le départ d’Ali Soilihi. Et ceux qui sont venus après lui, ne font que semer la pagaille. Donc, Azali et Mamadou sont loin d’être les exonérés de cette gabegie financière et matérielle, prédit par Mongozi.

    Il faut noter que ces deux individus sont des animaux politiques et font partis de la France-Afrique.

    Tout d’abord, chacun d’eux a 30ans de vie politique derrière lui. Or, ni l’un, ni l’autre n’a jamais montré l’envi d’aider les Comores. Contrairement à ceux qu’ils disent aujourd’hui, chacun dispose des gros moyens financiers et matériels cachés à l’étranger.

    Ensuite, tous les deux connaissent parfaitement la France. D’ailleurs, Azali dispose la nationalité Française, un compte à la caisse d’épargne et la carte au parti socialiste. Dire que le colonel est méconnu de la France n’est autre qu’un enfumage politique pour tromper l’ensemble de nos concitoyens qui sont dans le besoin.

    Puis, les comoriens s’en souviennent de la fuite du colonel vers le bout du territoire Français qui se situe en face du lycée Saïd Mohamed CHEIKH.

    Bref, dire que le colonel est le meilleur et qu’il n’a pas des relations avec la France est un argument fantaisiste.

    Il faut montrer aux comoriens que tous,sont des marionnettes et que les comoriens n’attendent rien d’eux. Alors, il est temps de dire la vérité sans esprit partisan, car les comoriens ont faim, ont soif, sont malades, ont besoin de justice et une bonne éducation. Faites l’apologie d’un ancien président ou d’un vice-président depuis trente ans est un aporie intellectuelle.

    Azali comme Mamadou, sont tous deux les artistes contribuant à la départementalisation de Mayotte. En réalité, Azali a demandé au secrétaire des nations unis de suspendre l’ordre du jour sur la question de Mayotte.

    Le colonel dispose des biens immobiliers partout dans le monde: Nice, Paris, Marrakech, Nairobi et Johannesburg. Vous parlez d’une université, certes c’est une bonne chose, mais avant il avait l’université de vouni et pourtant vous n’avez jamais fait l’apologie du gouvernement D’ABDALLAH.

    Quant à Mamadou, il n’apportera rien à l’archipel. Il vient de ruiner le pays et souhaiterait encore l’achever pour finir en beauté.

    En définitif, vous devez nuancer car tous deux sont issus de la mouvance du mal.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*