La mosquée du palais de nouveau dans la tourmente

Assemblée Nationale :

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

La mosquée du Palais de nouveau dans la tourmente

Moroni, mercredi 16 Mai 2012 (HZK-Presse) –La question sur la construction de la mosquée au sein du parlement prend une autre forme. La société malgache SODIMAX chargée des travaux de construction peut plier bagage pour cause de facturation.

 

Les travaux de construction de la mosquée dans l’enceinte du Palais du Peuple, le siège de l’Assemblée Nationale de l’Union des Comores avance au ralenti. Dans la situation actuelle, la société malgache SODIMAX chargé de la construction a suspendu le chantier pour cause de facturation. « Il devrait recevoir une part du versement pour commencer les travaux mais cela n’a pas été fait», lance le député Abdoulfatah Said Mohamed.

 

Selon une source proche du dossier, la société SODIMAX pourrait arrêter les travaux et voir un peu plus clair sur ce dossier. « A mes yeux, je vois que c’est une affaire qui est très louche et qu’il faut éclaircir », poursuit-il. Pour trouver une issue dans ce dossier « sombre », le député Fatah interpelle le peuple et l’Etat à réagir.

 

Faisant partie des principaux signataires de la pétition demandant le départ du président de l’Assemblée, cet élu estime que la construction de la mosquée pose toujours un problème sérieux source de toute la polémique. « Dans cette affaire, il manque de la transparence et aucun député n’est au courant des tenants et des aboutissants du projet », affirme le député Abdoulfatah Said Mohamed.

 

Avec un financement de 500 millions de francs comorien pour sa construction, les députés ne savent pas ni l’origine de cet argent et ni comment les fonds sont utilisés. « Dans cette affaire, seul le président de l’Assemblée Nationale est au courant de tout et aujourd’hui on nous dit que la facture serait de 200 millions pour sa construction. On ne comprend plus », précise ce député du Mouvement Orange.

 

« Où est la commission anti-corruption dans cette affaire », s’interroge le député Abdoulfatah Said. Au cours d’un entretien qu’il a accordé à La Gazette / HZK-Presse, le député de Moroni Nord souligne que c’est probablement l’une des raisons qui expliquent la volonté du président de l’Assemblée de se maintenir au perchoir, malgré l’hostilité d’une majorité des parlementaires.

 

Mohamed Youssouf

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*