La politique aux Comores: le peuple doit désormais faire preuve de maturité

« La politique comorienne est actuellement dominée par l’arrivée au pays en héros après plusieurs mois d’absence de l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Lors de son discours tenu à son domicile de Voidjou, l’ancien Raïs a fait une révélation qui n’a pas vraiment attiré l’attention alors qu’elle devait nous pousser à méditer.
En effet, l’Ayatollah a informé le peuple des subterfuges mensongers dont a fait usage l’actuel locataire de Beit-salam pour obtenir son soutien qui équivalait à une élection sûre et certaine à la présidence de l’Union des Comores. Le Colonel Azali est allé chez Sambi à 23h et a réaffirmé son attachement aux accords du stade de Missiri et de l’hôtel Al-amal.
Pensons nous, chers Comoriens, que nous puissions réellement tirer profit de la politique de notre pays si elle est basée sur le mensonge?
Si le président Sambi dit vrai et il me semble que c’est bien le cas, alors nous devons nous inquiéter car le mensonge politique ne construit pas.
Quand on construit une maison, on veille à ce que les fondations soient des plus solides pour éviter un effondrement. La même règle doit s’appliquer dans la politique comorienne. Si notre politique reste fondée sur la tromperie et la mauvaise foi, le peuple n’obtiendra jamais rien. Les politiciens viendront se remplir les poches tout en éliminant leurs rivaux et nous resterons sur notre misère.
Il faut donc que nous fassions preuve de maturité politique en adressant un message clair et sincère à nos présidents. Rappelons leur que nous ne faisons pas d’eux des maîtres absolus en les portant au pouvoir. Alors, qu’ils cessent de trop frimer et de se moquer de nous en dansant dans les aéroports afin de pouvoir s’atteler à la mission qui leur est confiée, celle de servir le peuple et non de se servir.
Il est utile de leur montrer que nous sommes conscients de nos droits. Arrêtons de leur faire croire que nous sommes leurs esclaves en applaudissant même quand ils nous manquent du respect. Ils doivent comprendre que nous sommes les rois et les reines et qu’en vérité ils sont nos esclaves.
Si nous ne façonnons pas la politique de notre pays en imposant la droiture et le respect mutuel entre politiciens, nous demeurerons les éternels perdants. Ils viendront toujours s’enrichir derrière nos dos et iront créer leurs entreprises dans les pays voisins.
Réveillons nous et prenons cet outil politique au sérieux pour des lendemains meilleurs. Après presque 43 ans d’indépendance, nous ne devons pas accepter d’être pris pour des bourriques par des présidents qui ne savent même pas ce qu’ils font car n’ayant pas de vision qui aille au-delà de leurs poches.
Si nous voulons que la politique comorienne reste telle quelle, elle le restera. Mais si nous souhaitons la changer, alors rien ne pourra nous arrêter. Apprenons à être maîtres de notre avenir. Un président doit être un modèle et un exemple au lieu d’incarner le désordre.
Babayou Houmadi.

5 commentaires sur La politique aux Comores: le peuple doit désormais faire preuve de maturité

  1. L’esprit coloniale des grands comoriens est toujours frappant depuis des décennies. Ils ne changerons jamais leur attitude. En supprimant le « tournant » cela permettra aux grands comoriens d’asseoir toujours leur domination sur les autres. Or chaque Ile a sa fierté et veut se sentir parti prenant à condition de jouer aussi le même rôle et participer au développement du pays. Les Grands comoriens ont causé le séparation de Mayotte par le biais du feu président Said Mohamed Cheick, Ali Soilih et voilà maintenant AZALIE qui veut se séparer d’Anjouan et Mohéli. Parce que personne n’acceptera le changement de la constitution. Car cela permettra la domination Française sur nos Iles définitivement. Ou bien les Grands connairiens vont se retrouver tout seul avec leur « honneur » à la con qu’ils prétendent réservé pour eux, ou bien ils se repentent.
    Ce que je conseiller aux comoriens est de changer le nom de votre pays « Comoros » car cela veut dire « vient le FEU  » et votre Capital  » Moroni » qui veut dire dans  » l’ENFER « . et non la constitutions car elle est très bonne. Vous serez toujours dans le tourment si le NOM DE VOTRE PAYS ET VOTRE CAPITALE soient le synonymes de l’ENFER.

  2. Bonjour à tous : de toute façon être un politicien c’est mentir au peuple , je pense que les politicien ne savent pas que de mentir et trahir , donc les politiciens comorien sont égaux

  3. Bonjour, je vous présente tous mes salutations et mes respects; donc si je comprends bien Sambi distribue le pouvoir à la personne qu’il crois bon!!! Stop que dis-je!!! Mon Dieu! ils font croire qu’ils sont bons.
    Et si on n’as pas les bonnes réflections on aura pas les bonnes résolution?? ok narri loléyé!
    Mais un homme ne peu pas avoir raison tout le temps donc il faut qu’il y est plusieurs hommes en qui on peut compter dans le pays, des jeunes gens dévouer à la cause de la nation un front national?? pourquoi pas! d’où l’interrer de bien chercher la personne à qui ont vas passer le pouvoir la prochaines fois. Mais dites moi, si à défaut de le trouver on les former nous même ces jeunes nationalistes?? choni?!?!
    Et la un autre problème celui de l’éducation!!! oui l’éducation!! voilà notre problème! Donc le fais qu’il y a pas de production intellectuelle pose problème!! combien de président comoriens ont fait toute leur éducation aux comores?? Et surtout quel président à proposer une politique éducative??

  4. Vous ne vous posez pas les bonnes questions et bien sûr vous ne trouverez jamais les bonnes reponses.Combien d’Alliances Sambi a-t-il nouées?et où sont_elles?Pourquoi tous les gens que Sambi croit avoir fait élire l’abandonnent?

  5. M. Babayou, à commencer par vous les journalistes aux Comores. Combien d’entre vous qui dans tous les régimes on les retrouve conseillers en communications etc, qui lèchent les bonnes des ministres ou des directeurs. Il nous faut avant tout avoir un homme, un dirigeant pour changer ce pays. Que voulez vous ? Un tel pays dans une telle misère ! où tout se marchande etc. Votre discours c’est une remake qui n’a aucune portée car trop tourné, trop répété ne sert à rien.

Répondre à AHMED Omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*