La refondation de l’archipel des Comores

Ce pays a besoin d’une nouvelle imagination, car depuis l’indépendance en 1975, il s’est plongé dans une gabegie totale. Aucun développement économique, social et culturel n’ait vu le jour.

image

Comme ce développement a échoué à la fois au niveau de l’union, mais aussi au niveau des îles autonomes. il est souhaitable de voir le retour d’une constitution afin d’avoir des nouvelles bases juridiques solides, notamment une constitution forte et qui sera à la hauteur du monde d’aujourd’hui.

Il faut souligner que les Comores ne pourraient  jamais se développer si un état de droit n’apparaissait pas un jour. Et cet état de droit est déterminé par une constitution autre que celle du 23 décembre 2001. Bien qu’elle nous ait donné une partie de la stabilité politique, mais en même temps, elle est la pure de toutes les constitutions que les Comores aient connue.

Il faut dire qu’économiquement, cette constitution est une catastrophe.
D’abord, elle donne la possibilité aux deux gouvernements de gérer les deniers publics d’une façon exorbitante. La gestion économique du pays est désastreuse et l’espoir du peuple comorien se rapproche de plus en plus de l’horizon. Or, le meilleur en gestion d’entre nous n’a jamais quitté le ministère des finances et les comptes publics, et pourtant,  Mamadou est une pompe aspirante des recettes publiques. Comment un homme comme qui prétend le fauteuil le BEIT SALAM a pu plonger les comoriens dans le désespoir. le pays et la population sont à genoux.

En revanche, j’ai la conviction que rien n’est possible dans ce pays sans une remise en cause de l’ensemble des institutions comoriennes.

Tout d’abord, la justice à laquelle est le poumon d’un pays. Elle est en quelque sorte, une mère de famille dont rien ne peut se faire sans elle. Par exemple, La corruption et le détournement de l’argent public ne trouvent pas la solution car, les juges sont aussi parties civiles. Donc, la justice est confronté d’un vrai dilemme.

Autre élément de taille, il s’agit des formations des juges.
D’abord, certains juges ont une insuffisance professionnelle. cela facilite leur corruption massive de la part des autorités et les citoyens. L’état par l’intermédiaire de ses proches entravent le fonctionnement normal de l’institution. Exemple, le criminels le plus barbares sont libres. Tout cela fragilise incessamment les autres institutions.

Il faut dire également que deux secteurs clés sont déplorables:
Premièrement, la santé à laquelle est devenue lamentable. Les médecins sont malformés et n’ont la capacité requise pour faire ce métier.  aucun médecin n’a jamais engagé sa responsabilité.

Deuxièmes, il s’agit de l’éducation nationale. Sur ce point il faut pencher rapidement avant que cela soit trop tard.
La qualité de l’enseignement n’est pas adaptée et certains professeurs n’ont les outils pour les dispenser.

En grosse modo, une justice maladroite, une éducation périmée et des morts tous les jours dans les hôpitaux, faute d’électricité. 

Selon mon avis, ces thèmes doivent être faits très tôt.

Imani

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*