La refondation du pays doit être généralisée

Le mal du pays touche l’ensemble de tous les secteurs de notre pas. Rappelons qu’aucune institution formant cet état de droit n’est épargnée par la maladie. C’est le cas de l’enseignement supérieur.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Les principales institutions à savoir, l’enseignement, l’hôpital, la justice, et la sécurité du pays sont quasi-inexistant(es).
Tout d’abord, cette défaillance s’explique par l’irresponsabilité de toute une génération censée apporter des idées neuves.

Commençons par l’enseignement et la recherche censés contribuer aux développements de notre pays. Ce secteur stratégique connait la pire catastrophe de son histoire.
par ailleurs, cette panne n’est pas seulement la responsabilité de l’état mais plutôt une coresponsabilité.
En d’autre termes, il s’agit d’une responsabilité partagée.

D’abord, l’état est responsable de la dégringolade de cette institution dont son rôle est de donner à tout le monde les outils de penser. Dans ce cas, l’état doit donner tous les moyens nécessaires afin que l’institution accomplisse sa mission principale y compris les paiements des salaires.Beit-salam

C’est ainsi que les enseignants accompliraient leur tache dans des bonnes conditions.
En revanche, l’état bien sûr attend aussi la part des enseignants notamment, les enseignants dits chercheurs. Ceux-ci doivent savoir que les citoyens veulent plus qu’un simple cours universitaire. La production des chercheurs est une nécessitée pour un pays. Effectivement, les enseignants travaillent dans des conditions pénibles mais cela ne les exonère pas de leur publication des articles scientifiques.

Ce domaine de la recherche de développement, présente deux atouts majeurs:
Dans un premier temps, les étudiants peuvent s’en servir de ces articles pour leurs recherches futures. Cela aussi expliquera que l’état dispose des chercheurs.
Dans un deuxième temps, les politiques ou les gouvernants pourraient les utiliser comme support pour leurs projets politiques. En effet, dans ce cas, ils deviennent les piliers du développement. Ils inventent, critiquent et proposent leur vision dans un domaine auquel sont spécialisés. Par exemple, en droit, les professeurs de cette matière conçoivent ou imaginent un modèle judiciaire pour un pays. Et ce modèle doit prendre en compte la spécificité du pays, car chaque pays dispose une spécificité selon son histoire et sa propre culture.

En France, son modèle de droit public notamment le service public fut influencé par les écrits de Léon Duguit. Lui aussi, a été influencé par les propositions de Proudhon . Enfin, l’état a conçu le service public en se référant des idées de Duguit et Hauriou.

D’où l’importance de la recherche scientifique et sa publication. Tous les hommes politiques conçoivent leurs projets politiques à partir des recherches universitaires. Les chercheurs inventent les idées, et les prétendants à la politique s’inspirent pour impulser leur vision politique. Dans un pays où la publication des articles scientifiques reste au point mort, il faudra s’attendre à une désorganisation de la société.

Il faut souligner que toutes les révolutions sont dues aux idées. C’est le cas en Grande-Bretagne, avec la révolution industrielle et la France avec la fameuse date de 1789.

Pour les autres domaines, notamment la justice, la police, la sécurité et la médecine, ces secteurs sont morts car les chercheurs spécialisés dans ces domaines sont quasiment défaillants. Certains parmi nous ne cessent de dire que nous avons une multitude de juristes, alors qu’il y a moins d’écrits dans ce domaine.

Normalement, un professeur de droit, est à la fois professeur et chercheur. A partir du moment où Vous avez le titre du professeur d’université, vous devrez publier des articles scientifiques. N’oublions pas que certains pays retirent des titres à des professeurs s’ils ne produisent pas.

Donc, nos professeurs de droit doivent savoir qu’il est temps de pencher sur la question des décisions et des arrêts rendus par les tribunaux et les cours. Ils doivent les critiquer, les corriger afin que les juges puissent se référer de leurs critiques.

De même, en matière de santé, certains ont intérêt à émettre leur avis sur les hôpitaux et les conditions d’améliorations.

Quant à la sécurité du pays, Nous avons moins d’experts dans ce domaine. Il peut y avoir des gendarmes capables de publier des avis mais ils sont tenus de respecter le droit de réserve.

Donc, pour que cela, se concrétise, l’état doit bâtir une nouvelle norme supérieure. Un état ne peut vivre sans une organisation fiable. Il faut tout de suite, réfléchir à un autre modèle de société en adoptant un nouveau pacte autre que celui de 2001. ce futur pacte règlera le problème de nos trois pouvoirs. Dans un pays où la constitution reste instable est une source de conflit.

Imani

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*