La réforme de la fonction publique remise sur la table

 

Moroni, Jeudi 21 Juin . Les différents responsables de l’administration publiques et le secteur privé étaient réunis pour réfléchir sur la mise en application des cadres organiques. Des craintes et des pistes sont exprimées mais tout le monde s’accorde sur l’utilité d’appliquer rapidement les cadres organiques.

 

Le gouvernement comorien a entamé une série de réformes parmi lesquelles figurent l’élaboration et la mise en place des cadres organiques de l’administration publique. Pour sa mise en œuvre, il nécessitait une étude préalable d’où l’intervention du projet Appui à la Bonne Gouvernance Economique (ABGE). Cette institution financée par la Banque Mondiale a dépêché un consultant pour faire un premier diagnostic détaillé sur l’état de situation concernant sa mise en application.

 

« Pour évoluer, nous devons définir les missions, les attributions et élaborer la structure administrative », lance André Cote, le consultant. Au cours de cette exécution de première phase des cadres organiques, trois éléments ressortent pour guider l’élaboration de la stratégie. Il s’agit du respect impératif de l’échéance de septembre 2012 et ses mesures nécessaires, l’accompagnement des agents non affectées à la fin de l’opération de remplissage et lanécessité d’affiner les Cadres Organiques après la première phase de mise en œuvre. « Cela nécessite d’aller sur le terrain pour faire l’analyse des charges de travail et par la suite faire le coordonné général », poursuit-il.

 

La mise en application des Cadres Organiques présente des contraintes devant être prises en compte dans l’élaboration de la stratégie. Il ressort que le temps presse. « Le délai d’exécution pour la mise en œuvre des Cadres Organiques est extrêmement court et ne laisse pas le temps de revoir toutes les imperfections; le remplissage des Cadres Organiques nécessite de revoir le profil de chaque agent en regard du poste qu’il occupe actuellement, or il y a 10 400 fonctionnaires titularisés dont les profils devront être revus sur une période de 10 semaines maximum,les cas particuliers risquent d’être nombreux: agents affectés dans une entité et détachés dans une autre entité,les équivalences à établir pour les diplômes et l’expérience exigeront un travail préalable au remplissage, travail qui doit être fait de toute urgence »,-lit-on dans le rapport.

 

Elaboré sur recommandation du gouvernement comorien, l’outil est prêt à être utilisé. « Au cours de cette séance, les hauts responsables vont se prononcer et nous devrons nous y mettre rapidement au travail afin de respecter le calendrier respecté », avance Cheikh Allaoui, le secrétaire général de la Haute Autorité de la Fonction Publique (HAFOP). Sur un personnel de 13 164 toutes catégories confondues dans la fonction publique, 11 600 postes seront retenus par la mise en application des Cadres Organiques. A partir de cette première étude, la HAFOP va mettre les équipes en place et commencer les identifications des profils.

 

« Nous allons identifier les profils requis dans les Cadres Organiques mais son application ne signifie pas des licenciements », affirme Cheikh Allaoui, avant d’assurer que « les profils qui ne seront pas pris en compte par les Cadres Organiques seront reconvertis dans d’autres secteurs. Pas de licenciement ». Lors de cette rencontre, le consultant fait trois recommandations. Il s’agit du remplissage des Cadres Organiques tels qu’adoptés, sans modification, pour Septembre 2012, la mise en place de mesures d’accompagnement pour les agents non affectés après Septembre 2012 etle lancement d’une opération de révision des cadres organiques basée sur l’analyse organisationnelle.



Mohamed Youssouf

210612/my/hzkpresse/09h00

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*