La rencontre de la dernière chance, un marché de dupe

Opinion libre: Qui imagine AZALI revenir en arrière, abroger le référendum, rétablir la Cour Constitutionnelle et mettre le cap sur les échéances de 2021 selon les accords de Fomboni?
Qui conçoit la possibilité des gouverneurs à accepter d’écourter leur mandat et subir une nouvelle constitution forgée dans la manipulation et l’excès de violence?
Quelle marge de manoeuvre peut avoir une Communauté Internationale avertie par un régime qui s’affiche clair dans sa détermination à faire ce que bon lui semble, criant déjà au refus d’une ingérence étrangère?

Dans tous les cas, les dés sont jetés. Nous espérons que les gouverneurs SALAMI et HASSANI vont pouvoir défendre la démocratie; Les heures qui viennent sont déterminantes pour le pays et pour l’histoire de nos deux gouverneurs, celui de Mwali ayant accepté la machination et la violence du dictateur.
Cette rencontre me renvoit vers le retroviseur de l’histoire et j’entrevois le pacte d’acier Russo-germanique liant STALINE à HITLER.
Une chose me rassure: le rejet du peuple de cette dictature brutale piétinant lois, coutumes, religion.

La seule réussite d’AZALI est d’avoir su manager une selection d’indidivus malsains, insensibles décidés à toturer le peuple pour mieux asseoir leur politique du ventre.
C’est pourquoi j’appelle le peuple comorien à ne pas ceder en face de la dictature et de combattre cette horde qui a juré la perte du pays pour leurs vils intérêts.
Nous devons être d’une extrême prudence sur le machiavélisme débordant d’AZALI; ce dernier est prêt à tout pour se maintenir au pouvoir.
L’ancien Président SAMBI croupit en prison dans l’opacité la plus totale. Le Vice Président DJAANFAR est menacé d’un « Mandat d’Arrêt Internationnal » et d’un retrait par annulation du passeport diplomatique.

BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*