La scène politique comorienne est surchargée

Il y a trop de cafouillage dans la scène politique. Toute personne ayant des moyens financiers ou ayant déjà occupé un poste important dans ce pays, brigue sa candidature aux élections de 2016. On croirait que tout le monde peut devenir politicien aux Comores et peut gérer le pays. C’est en tout cas l’image que donnent nos prétendants candidats qui, certains, n’ont pas de vision ni projets pragmatiques à proposer.

image

Il y a de quoi à s’inquiéter concernant la conquête des trônes du pays et des iles. Trop de prétendants, moins de propositions de projets réels et de volonté affichée pour impulser l’économie du pays et son développement en général. Qui croire ? Aux citoyens d’en avoir un œil d’observation globale sur la gestion des affaires de certains qui ont déjà occupé des responsabilités de quelque soit le niveau, d’analyser la véracité des autres personnes désireuses du pouvoir selon leur environnement social.

En fait, le choix des citoyens doit être attentionné et surtout prudent portant intérêt sur le changement de la tendance qui prône l’individualisme, le communautarisme et tout ce qui peut revenir à l’égocentrique, pour arriver une politique à porté de l’ensemble des comoriens. Désormais la population de faire preuve de maturité d’électeurs digne d’une élection crédible et transparente et surtout démocratique.
A bien y réfléchir, si l’on tient compte de la démarche que mènent certains de nos politiciens, les discordes des uns et des autres, le changement de camps par-ci par là, on comprend combien la théorie qui stipule que « tous les moyens sont possibles pour arriver au pouvoir » aussi cette expression « tous les coups sont permis en politique » priment sur l’esprit de nos chers candidats. Et si l’image s’annonce ainsi, il est de notre devoir en tant que citoyens avertis d’éviter de donner le pouvoir à des arrivistes et opportunistes sans précédent.

Sultane Abdourahim Cheikh / Albilad

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*