La Syrie "paiera le prix" des obus tirés sur le plateau du Golan

Carte de situation du plateau du Golan

Pour la première fois depuis 1973, l’Etat hébreu a procédé à des « tirs de sommation » contre la Syrie. La radio publique israélienne a précisé que les soldats avaient tiré vers un secteur proche d’une position de l’armée syrienne.

En cause, un obus qui s’est écrasé sur le plateau du Golan, occupé par Israël depuis la guerre des Six-Jours en 1967. Cet obus aurait été lancé lors d’affrontements entre forces gouvernementales syriennes fidèles à Bachar Al-Assad et rebelles.

« RÉACTION PLUS DURE »

Depuis plusieurs jours, ces affontements ont conduit à plusieurs tirs accidentels d’obus de mortier sur le territoire occupé par Israël. Un obus a touché une colonie de l’Etat hébreu, sans exploser. Le ministre israélien de la défense, Ehoud Barak, avait affirmé qu’Israël répliquerait en cas de nouveau tir. Des avertissements répétés dimanche soir : « Un autre tir vers le territoire israélien entraînera une réaction plus dure, dont la Syrie paiera le prix », a-t-il prévenu.

Officiellement, la Syrie reste en guerre contre Israël depuis la guerre des Six-jours de 1967, qui avait conduit l’Etat hébreu à occuper une partie du plateau du Golan. Depuis cette époque, une force d’observation non armée de l’ONU veille le long d’une zone de séparation de 3 à 6 km entre les deux pays.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*