La tendance Abdou Soeuf de Radhi à l’offensive

Deputé Abdullatuf
S.G. fédération d'Anjouan du parti Radhi
S.G. fédération d’Anjouan du parti Radhi

La tendance Abdou Soeuf qui a unilatéralement opté se ranger au côté du pouvoir Azali, a rallié la fédération anjouanaise du parti dans une déclaration faite le matin samedi au Karama Hôtel, devant des dizaines de militants et les médias.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

D’entrée de jeu le secrétaire fédéral annonce les couleurs : « nous ne sommes plus des enfants de 10 ans qu’on peut traîner du côté où on veut sans concertation. Nous nous rangeons du côté d’Abdou Seffou comme nous avons supporté durant plus de deux ans l’unilatéralisme d’Abidhar et Msaidié. Cela ne veut pas dire que nous enterrons le parti ou le divisons. Au contraire. C’est un exercice démocratique qui tient à rappeler le principe d’un fonctionnement normal du parti. Une seule personne ou une tendance ne peut à elle seule décider où on va. La tendance Abdou Soeuf apporte espoir au parti et nous appelons nos frères à entendre raison. Pour le bien de notre parti la fédération anjouanaise se joint à Abdou Soeuf et apporte son soutien au gouvernement de l’Union et à l’exécutif anjouanaise.« 

Les militants Radhi d'Anjouan
Les militants Radhi d’Anjouan

Comme tous les partis politiques, le Radhui vit ses jours d’incompréhensions. Deux tendances se dégagent et s’affrontent sur le terrain. D’un côté Abidhar le président et Houmed M’saidie le secrétaire général. De l’autre Abdou Soeuf et Mihidhoir Sagaf. Deux tendances lesquelles chacune réclame le leadership, ont tout en commun sauf le choix des partenaires après la cuisante défaite aux élections présidentielles de l’Union de l’année dernière. M’saidié avec sa tendance, opte pour l’opposition et Abdou Soeuf se range du côté du pouvoir. Ce dernier choix est expliqué en long et en large par ses soutiens, qui disent ne pas comprendre les décisions unilatérales de la tendance Msaidié.

« Ils ne consultent personne dans leurs décisions et ralliement. Oubliant qu’ils sont à la tête du parti provisoirement en attendant un congrès qu’ils sabordent à chaque fois que l’idée est évoquée par les militants. Le bureau du parti avance des dates de la tenue de ce congrès mais jamais suivi d’effet. Ils disent organiser un congrès en mai prochain mais il faut se demander s’il aura vraiment lieu et comment. Ce n’est pas la première fois qu’ils font semblant sans rien de concret. J’espère tout de même qu’ils vont cette fois l’organiser pour qu’on puisse se dire les choses en face et sauver le parti. » Avertit le député Abdullatuf, le seul élu du parti à l’assemblée de l’Union. Et de continuer dans la foulé, « il ne faut pas prendre cette fronde comme une division et profiter de jeter des piques comme l’autre tendance le fait. Dans un politique qui se respecte, il est de droit que chacun dit ce qu’il pense et propose ses orientations pour l’avenir du parti qui fait partie du lot très restreint des formations politiques officielles du pays. Et c’est grâce à tout le monde. Nous et eux. Mais franchement comment comprendre que ceux-là mêmes qui ont décidé unilatéralement d’embarquer le parti Radhi dans le précèdent régime avec toutes les conséquences que l’on connait et qui veulent encore nous ranger dans l’opposition tout en tapant les portes dans les couloirs du pouvoir actuel pour arracher un siège dans le prochain gouvernement. C’est le tact habituel qui fait que nous nous sommes retrouvés dans le gouvernement Ikililou sans le vouloir. Par ce que deux personnes décide d’y aller pour des postes qu’ils ont négocié et qui stoppé net les ambitions profondes du partie. Cette fois les portes leurs sont fermées. Et nous leur conseillons de se joindre à nous et au président Abidhar de comprendre que s’il veut sa deuxième signature de décret pour occuper un poste gouvernemental, nous lui en offrirons pour le bien et la cohésion du parti. Car en réalité c’est cela qu’il cherche. Tout comme il l’a fait précédemment avec Ikililou. Il s’est opposé à l’idée de rentrer dans le gouvernement avec des arguments en béton, avant pouvant de monnayer un décret le nommant directeur de la pêche. Nous l’avons soutenu pour sauver le parti. Les portes fermées s’ouvriront à eux s’ils acceptent de revenir à la raison et venir discuter et décider ensemble de l’avenir de notre parti. Et cela doit se faire d’abord par la case congrès. Car si Abidhar et M’saidié l’oublie, ils sont désignés provisoirement à la tête du parti et cette aspect provisoire tende à perdurer et met à mal le parti. » a-t-il martelé.

L’assistance regrettera tout de même l’absence Soeuf Abdou dans cette réunion, pourtant annoncé venir à Anjouan le même jour dans la matinée pour une rencontre informelle et secrète avec le gouverneur d’Anjouan. Rien n’a filtré de cette supposée tête à tête en coulisse entre deux hommes ou si la rencontre allait effectivement avoir lieu ou pas.

1 commentaire sur La tendance Abdou Soeuf de Radhi à l’offensive

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*