La tournante version 2018 commencera à Mohéli ou à Anjouan

Opinion libre: De sources bien informées en provenance de Mauritanie, pour montrer sa bonne foi, Azali accepte finalement que la prochaine Tournante de 10 démarre à Anjouan ou à Mohéli. La pression de la communauté internationale vigilante était forte.

Au départ Azali a fait comprendre aux comoriens qu’il avait l’appui de la communauté internationale. Sa rhétorique était simple. Les comoriens épousent sa démarche relative aux Assises. L’opposition était le fait de quelques anjouanais isolés. En peu de temps la communauté internationale vient de se rendre compte que les Assises n’avaient rien de transparent, de démocratique et d’inclusif. La mission conduite par Ramtame Lamamra s’est fait une idée précise de la situation politique aux Comores. Le rejet de la politique d’Azali est national, et concerne les exécutifs insulaires, le parlement et la majorité des partis politiques et Azali a perdu le bénéfice de l’argument selon lequel le rejet des assises est le fait de quelques originaires d’Anjouan. Les violations systématiques et répétées de la constitution, des règles démocratiques et de l’Etat de droit par son régime n’échappent plus à la communauté internationale.

L’instrumentalisation de la justice est dénoncée de par le monde. En Mauritanie, Azali a donc échoué à berner la communauté internationale. Azali est pris dans son propre piège. Pour donner des gages de bonne volonté et montrer qu’il ne veut pas changer la constitution pour se maintenir au pouvoir avec son clan de Mitsoudjé et d’opportunistes, Azali a concédé la prochaine tournante de 2019 ou de 2021 soit anjouanaise ou mohélienne. C’est aussi une façon de promouvoir l’entente entre les population des îles, de consolider la paix et la sécurité dans le pays. Remercions la communauté internationale pour avoir su ramener Azali à la raison.

Ahmed Bourhane

1 commentaire sur La tournante version 2018 commencera à Mohéli ou à Anjouan

  1. Mais d(où vous tenez ces informations. C’est la communauté internationale qui doit faire un communiqué or on n’a vu aucun article et M. Ahmed Bourhane se permet d’écrire et faire des commentaires sur une position qu’aurait tenu la communauté internationale et quoi encore. La constitution qui sera voté prochainement prévoit quelque chose et la communauté dit autre chose ; à croire que c’est la communauté qui rédige les constitutions des pays. Balivernes !

Répondre à ahmed omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*