L’action rurale contre la pauvreté tire la sonnette d’alarme

wpid-screenshot_2016-01-20-07-40-01-1.png

L’action rurale contre la pauvreté (Arcop) interpelle les candidats aux élections présidentielles et des gouverneurs des îles sur la chute vertigineuse des produits de rente des Comores. C’était au cours d’un point de presse tenu mardi durant lequel un projet sur la relance du secteur a été présenté.

image

L’action rurale contre la pauvreté tire la sonnette d’alarme sur la chute des produits de rentes et surtout sur la destruction de la forêt. Une dégringolade engendrée, d’après Aboubacar Abdoulwahabi, président d l’organisation, par ce qu’il a appelé le laisser-faire des régimes successifs.

Pour lui, le moment est opportun pour interpeller les différents candidats que la richesse d’un pays repose sur la production locale et l’exportation. « Etant un pays à potentiel agricole, a dit le conférencier, nous devons exporter davantage les produits agricoles. Et pourtant, ce n’est pas le cas ».

Le président de l’Arcop dresse un constat dramatique des quarante ans d’une chute libre de la production et de l’exportation des produits de rente. Selon lui, sur 32 produits exportés par le pays, seuls trois produits le sont aujourd’hui.

« En 1980, le pays exportait 180 tonnes de vanille préparée, on était au 3e rang des pays producteurs de vanille, aujourd’hui en 2016, nous n’allons exporter que 28 tonnes », dit-il. Les Comores se retrouvent actuellement à l’avant-dernier rang de ce classement.

L’autre constat fait par Aboubacar Abdoulwahabi, est la destruction de la forêt. Une œuvre, croit-il savoir d’« une industrie composée par des commerçants des bois et des menuisiers » et un groupe de pyromanes qu’il qualifie de « malfaiteurs ».

M. Abdoulwahabi regrette le temps où la gendarmerie, la police et les garde-forestiers travaillaient en symbiose avec les préfets et les chefs des cantons pour préserver la forêt du pays « aujourd’hui méconnaissable ».

A la veille de l’ouverture de la campagne électorale, le président d’Arcop lance un appel à tous les candidats pour un sursaut national pour sauver un secteur en voie de disparition. Un projet de relance du secteur serait d’ailleurs proposé à tous les candidats pour un maximum de sensibilisation.

Maoulida Mbaé / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*