En ce moment

« L’AGID, UNE ADMINISTRATION SANS CAPITAINE », cri d’alarme d’un cadre de l’AGID

L’AGID est un service public tout à fait particulier de l’Etat en ce qu’elle est chargée de mobiliser les ressources internes pour permettre à l’état de couvrir les charges publiques. Mais cette institution ressemble à un poids lourd sans freins ni feux avant, chargé de matières dangereuses avec la direction qui déraille et un moteur aux sérieux dératés.
L’AGID se porte très mal, malgré les efforts et les ambitions du ministre des finances, du budget et du secteur bancaire de faire de cette institution une administration moderne et performante pour répondre aux besoins d’un État emergent a l’horizon 2030.
la situation ne cesse d’empirer car le Directeur général de L’AGID n’écoute ce que disent les anciens expérimentés ni ceux qui sont au contact des réalités quotidiennes. Il a à ses côtés comme conseillers les bras cassés de l’administration et ceux qui ont échoués à l’école des impôts.

Depuis la nomination de ce Directeur, L’AGID est absente sur les événements régionaux et internationaux. L’AGID ne participe plus aux réunions du CREDAF et ATAF TAX.

Le dysfonctionnement de L’AGID est plus que réel. Cela est dû non seulement au manque compétences techniques de la part du Directeur et de ses collaborateurs conseillers mais surtout à l’absence de vision et de de plans stratégiques de ceux qui sont chargés d’administrer l’institution.
Lors de la dernière mission du FMI du mois d’octobre 2019 piloter par Yves De Santis à révélé des faiblaisses au sein de cette prestigieuse institution par exemple : la généralisation des bonnes pratiques à la DGE, la mise en place d’une méthodologie de pilotage stratégique, les mécanismes de contrôle interne et professionaliser la mission de recouvrement et l’établissement d’une gouvernance structurée. Etc….

Monsieur le SG l’heure est venue pour vous d’assumer pleinement la charge qui vous incombe et de rassurer tout le corps d’inspecteurs, des cadres de L’AGID et les investisseurs.

Les cadres de l’administration fiscale attendent de vous plus de sérénité. Il est encore possible pour vous de redresser la barre avant que le désordre ne se généralise pour devenir règle de conduite.

Le bateau tangue mais tanguer n’est pas chavirer. Et à défaut d’agir…réagissez donc mon général !
Respectueusement!

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*