L’ambassadeur de France honore les handicapés comoriens

wpid-screenshot_2015-12-05-13-15-53-1.png

« C’est la première fois que je vis cela. Invité par un ambassadeur étranger pour prendre le déjeuner ensemble. C’est un honneur à notre égard et nous en sommes reconnaissants » a indiqué le doyen des handicapés comoriens, ce lundi au foyer des femmes de Moroni où l’Ambassadeur de France aux Comores Monsieur Robby Judes en collaboration avec le maire de Moroni, a souhaité mettre à l’honneur les handicapés comoriens. C’était à l’occasion de la journée mondiale du handicap.

image

Pour sa part, l’Ambassadeur de France a déclaré que le handicap n’est pas une malédiction et trop souvent encore, de nombreuses handicapées sont discriminées par leurs semblables dits ‘’normaux’’. Ces derniers, renchéri le diplomate français, souvent ignorants ou lâches préfèrent fuir ou se moquer au lieu de se laisser aux penchants nobles de l’empathie et de la solidarité.

Force est de constater que malgré le dynamisme de l’association des handicapés comoriens pour se mettre en valeur, ils sont souvent victimes d’une indifférence de la part des autorités compétentes. En effet, les handicapés comoriens sont confrontés « au quotidien aux pires difficultés ». Et l’Ambassadeur de France Monsieur Judes de rappeler aux comoriens que je cite « les handicapés sont des hommes et des femmes comme les autres, qu’ils ont des familles, élèvent des enfants, travaillent, créent et à ce titre n’ont pas besoin de pitié ou de condescendance mais méritent le respect et attendent de nous de l’entraide et de la fraternité ». Le patron de l’ambassade de France en Union des Comores appelle de ses vœux l’intégration des handicapés dans la société comorienne.

En parlant justement des handicapés et de l’indifférence des autorités comoriennes à leur égard, il y a lieu de dénoncer une lâcheté de la part des autorités insulaires de Ngazidja. En effet, il y a de cela quelques mois, le Gouverneur de Ngazidja Mouigni Baraka Said Soilih avait organisé en grande pompe à Mdrodjou, une cérémonie de remise de machines à coudre aux handicapés comoriens. 30 machines ont été en principe mobilisées à leur profit. Mais seulement 20 machines leur ont été remises lors de la cérémonie qui avait une connotation politique que sociale. Les 10 restantes devraient leur être remises après la cérémonie. Et c’est le Dar Zakkat de Ngazidja qui est chargé par le Gouverneur pour les leurs mettre. Mais voilà que jusqu’à maintenant, ces derniers font des va et vient au bureau du Dar Zakkat pour réclamer leurs machines sans succès. A peine 4 mois de navette et de fausses promesses des autorités du Dar Zakkat, les handicapés ont lâché et pris les medias pour dénoncer cette lâcheté des autorités de Ngazidja. « Chaque jour on se présente au bureau du Dar Zakkat pour demander nos 10 machines en vain. Il faut que le Gouverneur Mouigni Baraka le sache » a regretté  l’un des bénéficiaires sur les ondes de la radio et télévision de Ngazidja. Mais malheureusement, sa voix n’a pas réussi à résonner à Ngazi-Ngomé et à Mdrodjou. Car cette situation, en soi, n’est pas pour le moment l’un des priorités de Mouigni Baraka et de son équipe. C’est plutôt les élections présidentielles de 2016 notamment.

Mais selon une source concordante du Dar Zakkat, les 10 fameuses machines leur devrait être remises par un Monsieur répondant au nom de Toimimou, Directeur des travaux publics de Ngazidja, un protégé du Gouverneur Mouigni Baraka Said Soilih et qu’à leur tour (Dar Zakkat) leur remettre aux handicapés bénéficiaires. Mais jusqu’à maintenant, selon toujours notre source, ce Directeur refuse d’honorer la promesse de son chef (Mouigni Baraka said Soilih). Mais les handicapés, malgré leur état de santé, marchent à quatre pieds pour se rendre au bureau du Dar Zakkat pour réclamer leurs machines car ils refusent qu’ils soient exploités politiquement par le Gouverneur de Ngazidja gratuitement.

Ahmed Bacar

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*