L’ancien président de l’Université a restitué l’argent 

Par une lettre adressée au Grand Moufti, l’ancien Directeur Adjoint du Bureau de la Fondation Haramain de Bienfaisance aux Comores  affirme que le Dr Said Bourhani Abdallah a bien restitué l’argent du Waqf, qu’il est accusé d’avoir détourné et la cause de sa mise en accusation par le Tribunal.
Ci-dessous, les documents publiés par l’Ambassadeur Hadji Abdallah Abdulhamid.
Traduction de l’Arabe d’une lettre adressée au Grand Moufti par l’ancien Directeur Adjoint du Bureau de la Fondation Haramain de Bienfaisance aux Comores à propos  de l’accusation de Dr. Bourhane d’avoir détourné des fonds destinés à la Faculté Imamou Chafiou.
——–
Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux
Royaume d’Arabie Saoudite
Riyadh – Adalm
Bureau de Mouhsin Bin Ali Al-Muhsin                    Le 27/4/1439 Hégire
 
Objet : Lettre au Son Eminence le Grand Moufti sur le Amana  (Argent mis sous la confience) de Dr. Said Bourhani
 
Son Eminence le Grand Moufti de l’Union des Comores.
Assalamou alaykoum warahmatoullah wabarakatouh .
Je prie Allah le Tout Puissant de vous accorder detout ce qui est meilleur.
Il me plait de vous rappeler que je suis toujours fidèle à mes engagement de continuer à aimer votre pays et à sa population en œuvrant toujours à ce qui l’est meilleur, en améliorant son image et en contribuant sur tout ce qui bénéfique au pays. Cela n’est rien d’étonnant car j’ai passé dans votre pays mes meilleurs jours de ma vie et j’ai eu l’estime de plusieurs personnes que j’espère obtenir la récompense devant Allah le Tout Puissant le jour du jugement dernier.
Son Eminece le Grand Moufti,
J’ai entendu des informations sur ce qui se passe au pays notamment l’accusation du Docteur Said Bourhane à des choses que je connais très bien les détails, car j’ai vécu ces évènement dès le début. En bref, ce que je connais,  c’est qu’avant la fermeture du Bureau d la Fondation Haramain aux Comores auquel  j’étais l’Adjoint de son Directeur Cheikh Ahmed Al-Amir, nous avons donné un montant d’argent au Directeur de la Faculté Imamou Chafiou Dr. Said Bourhani qui est un des membres fondateurs de cette faculté considérée aujourd’hui parmi les facultés exemplaires. Nous lui avons informé que ce montant est un Waqf (Leg pieux) pour la Faculté et doit être investi à construire un bâtiment pour location ou être investi dans n’importe quel projet qui sera bénéfique à la Faculté. Quelques mois, après que nous ayons quitté les Comores, mon frère Abou Ayman, Directeur de la Fondation Imar de l’époque, m’a contacté et m’a dit que Dr. Bourhane désiste de l’exécution de la condition à laquelle il a pris cet argent car il est incapable et incompétent dans ce domaine et il a peur de perdre cet argent. J’ai donc demandé à Monsieur Fawaz Assamaly (Abou Ayman) de nous retourner cet argent car nous pourrions investir ce fond de waqf (leg pieux) pour que ces revenues soit utilisées dans des œuvres de bienfaisances au Comores, à la Faculté Imamou Chafiou et à des œuvres de bienfaisances en Afrique. Et certainement, le Directeur du Bureau de la Fondation Imaar aux Comores a reçu l’argent de Dr. Said Bourhani et il me l’a remis. Depuis ce jour, nous ne cessions d’apporter plus d’aide à l’Union des Comores à partir des revenues de Waqf. A titre d’exemple, nous avons équipé la Faculté Imamou Chafiou en matériaux informatiques, et nous avons réhabilité la Faculté plusieurs fois en expédiant les matériaux nécessaires tels que les peintures et autres. En plus, des équipements médicaux ont été livré à l’hôpital El-Manrouf.
Son Eminence,
Les accusations portées au Dr. Said Bourhane sont de très grande ampleurs. Je me demande comment les oulémas et les hauts diplômés sont-ils traités ainsi. Si Docteur Bourhane n’avait rien réalisé que la création de la Faculté Imamou Chafiou, cela suffirait à lui apporter secours pour préserver son image et sa dignité, sachant que la création de cette Faculté s’est déroulé durant la première période de présidence de Son Excellence Monsieur Azali Assoumani et que Son Excellence est au courant de toutes les procédures de création de cette Faculté et des difficultés qu’elle a affronté et que Son Excellence Monsieur le Président et Dr. Said Bourhane étaient en contact permanent jusqu’à ce que cette Faculté puisse voir le jour. Monsieur Bourhane a déployé ces efforts et son temps jusqu’à ce que cette Faculté soit devenue aujourd’hui un exemple dans l’excellence de sa formation et l’innovation de ses résultats.
Son Eminence,
Nous espérons de vous et des responsables du pays de protéger le droits du Docteur Bourhane et de lui restituer sa dignité terni à cause des accusations qui lui sont portés sur sa confiance et son honnêteté et d’expliquer aux gens à travers les moyens que vous pourriez sur ces réalités afin que nous demeurons des frères qui s’aiment mutuellement et qui préservent les droits et la dignité des oulémas.
Wassalamou Alaykoum warahmatoullah Wabarakatouh
Ecris et signé par Monsieur. Mouhssin Bin Ali Al-Mouhssin
Le 25/4/1439 Hégire correspondant au 12/01/2018.
Traduction: Hadji Abdallah Abdulhamid

3 commentaires sur L’ancien président de l’Université a restitué l’argent 

  1. C’est trop beau pour être vrai.
    Il a restitué 50M?
    On est devenu des petro-dollars et on avait pas besoin de cet argent?
    Il y a un anguille sous roche.
    En effet, j’espère que les autorités judiciaires iront jusqu’au bout pour démêler le vrai et le faut de cette affaire.
    Car même si c’est vrai il a rendu cet argent, la maison qu’il dirigeait n’avait pas vraiment besoin de cet argent?
    ou bien « Ye chitsoloi ni mlemengou sera nalé »?
    La vérité est ailleurs…

  2. Pour ceux qui ne l’ont pas su, sachez que l’Ambasdeur de l’Arabie Saoudite a rendu un vibrant hommage à M. Bourhane et a tenu à insister sur « notre totale confiance au Docteur. Bourhane. «  Cette déclaration a été faite le mardi soir lors d’in Dîner offert en l’hon’eut de la mission médicale saoudienne où a pris part l’anc President de m’iniverd placé à côté du Grand Moufti

  3. Assalam anlykum warahmatoullah wabarakatouh
    si je peux me permettre j’rappelle au goouvernement surtout aux membres de notre justice dite musulmane, que les supssons en islam restent des pechés et manger la chaire de l’autru l’est aussi et surtout celle de nos chers oulemas comme Oustadh le Dr Said Bourhane.
    restons un peu calme et attentifs , baissons nos voix pour nos propres erreur car le monde nous regarde et honte à vous de faire des fausses accusations aux personnes dignes et religieux qui se respectent et qui ne cherchent que le bien de tout le monde.
    Au contraire, misez aux erreur et aux vols de nos dinausores qui depuis l’independance mangent l’argents des Comoriens et donnent les mikatriya pour enterer leur suspussion.
    je vous laisse pour Allah le seul et unique revendicateur de nos droits.
    merci

Répondre à Mohamed jaffar ABBAS Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*