L’ancien président Sambi sous peine de faux et usage de faux

Nul ne peut tromper la loi sans que celle-ci finit par le rattraper. On peut jouer avec la population, mais on ne joue pas avec la loi.
Abdallah Ahmed Sambi n’est pas sans savoir qu’à défaut des circonstances qui empêchent, actuellement, Mayotte de se compter parmi les parties des Comores, la tournante revient, sans besoin de réfléchir, à la Grande Comore. Un groupe assoiffé du pouvoir sans allure nationale s’est constitué autour d’Abdallah Ahmed Sambi pour constituer une candidature aux élections présidentielles de 2016.
sambi-habari
Sans chercher loin, son dossier de candidature qui sera composé parmi les papiers nécessaires d’un certificat de domicile lui conduira, sans doute, derrière les barreaux. Beït Salam ne certifiera jamais le Dr Ikililou Dhoinine comme un domicile principal. Le logement de Houmedi Msaidié entant que Ministre de l’intérieur ne lui sert jamais un domicile principal pour valoir ce que de droit au sujet d’une résidence principale. Il est de même pour M. Abdallah Ahmed Sambi qu’il ne pourra pas utiliser son logement de fonction comme une résidence principale.

Il est d’ailleurs moins compliqué pour la cour étant donné qu’elle détienne déjà un dossier de l’intéressé d’auparavant pour valoir le même droit. Alors la cour n’aura pas à chercher sur beaucoup d’archives pour trouver le document d’Abdallah Ahmed Sambi constitué par l’ensemble des dossiers nécessaires pour être candidat aux primaires d’Anjouan pour l’élection présidentielle de 2006 parmi eux une attestation de domicile délivrée à Mutsamudu Anjouan.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Celui-ci est bien déterminé aujourd’hui de vouloir tromper la cour pour espérer fournir une attestation de domicile de son logement de fonction de Voidjou pour valoir l’originaire de la Grande comore.

En terme juridique, celui-ci est considéré comme une simulation, une tentative de tromperie, un faux et usage de faux. Par conséquent, une tentative de candidature d’Abdallah Ahmed Sambi concourt une peine lourde qui peut même l’empêcher de se présenter en l’an 2021 aux primaires d’Anjouan.

A l’attention de M. Abdallah Ahmed Sambi de prendre conscience à la fois de la constitution pour se préserver de tout risque de se faire rattraper par la justice et de ne pas laisser ses adeptes lui foncer dans le trou les plus ténèbres.

HAKIM MMADI MALIK

1 commentaire sur L’ancien président Sambi sous peine de faux et usage de faux

  1. je suis desolé mais sambi ne peut pas etre candidat en 2016 et moins encore etre candidat en 2021 il a nié son ile natale et son village de naissance on en veut pas à anjouan plus encore il ne peut meme pas se porter candidat au poste de vice president pour les même raisons

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*