L’après assises : des possibles amendements du document Cpan avant le congrès ?

Opinion libre:

En 2001 nous avons réussi là où ils ont échoué : alors oui, le rêve comorien, YES WE CAN !

Nous avons réussi là où les institutions internationales ont échoué en 2001 : « Nous avons réussi, par un consensus national, à instaurer nous-mêmes, des instituions qui ont fait leurs preuves, avec trois alternances politiques pacifiques exemplaires au Sommet de l’Etat, qui ont forcé l’estime et le respect de notre pays partout dans le monde ». Azali

En 2001, l’objectif était la paix : la paix et la stabilité sont revenues

Les comoriens par diverses discussions conduites par Hamada Madi Boléro, autour d’une table et, dans des discutions où, il était impossible de répondre par non aux séparatistes, nous avons quand même réussi à nous imposer la paix et la stabilité, là où les institutions internationales ont échoué.
Aujourd’hui encore, après 17 ans de pratique de notre produit fait maison (la constitution de 2001), dont les charpentes étaient tous des comoriens, certains doutent encore en notre capacité. ils n’y croient pas à l’expertise nationale et à nos experts. Ils ont droit tout de même, mais pour nous autres, nous avons enfin compris, que c’est lorsque les comoriens et comoriennes s’assoient autour d’une table, qu’ils trouvent leur propre solution au problème. Maintenant, si d’autres ne sont pas suffisamment impliqués, il y a encore l’après assises.

L’après assises ? des possibles amendements du document Cpan

Le président Azali a ses deux cartes en main, pour probablement un congrès, ou alors, un référendum. En tout cas « La souveraineté appartient au peuple qui l’exerce, dans chaque île et dans l’ensemble de l’Union, par ses représentants élus ou par la voie du référendum » art 3.

Hamadi Abdou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*