L’arnaque de trop de Comores Télécom

Depuis mardi, des clients de Comores Télécom se voient confisquer leur crédit, indûment. Le président de la fédération comorienne des consommateurs, victime du phénomène, aussi, exige compensation.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

image

Depuis mardi dernier, le réseau Comores Telecom est fortement perturbé. Le crédit de communication des clients est indûment prélevé sans qu’il soit possible d’émettre, parfois, des appels alors même que le compte indique qu’il y a du crédit.
Said Abdallah Mchangama, président de la FCC, n’entend pas laisser la situation évoluer ainsi sans réparation. « Hier, j’ai acheté un crédit Huri de 5000 francs pour mon portable. Comores Telecom m’a généreusement crédité d’un bonus de 1250 francs. Mais voilà, non seulement je me retrouve avec 10 francs de crédit ce matin alors que la somme des SMS et des appels listés par le tableau récapitulatif de ma consommation ne devrait pas dépasser 1500 francs même en étant large, mais à mes appels à des numéros nationaux de portable, la belle voix me disait que je n’avais pas de crédit. L’envoi d’une commande #123# me retournait un solde de 540 francs », a fait savoir le président du FCC sur son mur Facebook. Mohamed S. Abdallah Mchangama demande au gouvernement d’intervenir pour faire cesser cette arnaque et exige le remboursement du crédit prélevé indûment pour tous les clients.
L’Association des consommateurs des TIC (ACTIC) a déjà saisi les dirigeants de Comores Télécom sur le sujet et a appelé les usagers à surseoir les opérations de recharge de crédit jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.
Le nombre de victimes ne cesse de croître. Le dermatologue, Ahamada Tadjiri, a dit s’être retrouvé avec un crédit de 125 francs alors même que la veille il était de 4500 francs. « Mon crédit internet est lui, toujours, à 540francs », a-t-il dit.
Une femme, victime de l’escroquerie, s’est rendue à Comores Telecom afin d’obtenir des explications. « Ils m’ont dit d’attendre et j’attends toujours », nous a-t-elle confié. Elle ne peut contacter personne en attendant, étant donné qu’à chaque fois qu’elle recharge, son crédit disparait aussitôt. « Le pire est à venir, si l’on n’agit pas vite », s’est écrié un autre, le cœur serré.
Mohamed Youssouf/LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*