L’Arp appelle à une “vision commune” des coalitions autour du président

La question de l’existence de deux coalitions diverses soutenant la politique du président de la République n’a pas échappé à l’échange entre la presse et les leaders politiques de l’Alliance pour le renouveau politique. L’ancien vice-président de la République et conseiller du chef de l’Etat, Ben Massoundi Rachidi, a estimé qu’il s’agissait d’une question importante mais pas prioritaire.

L’Alliance pour le renouveau politique (Arp), une mouvance de cinq mouvements et partis politiques (Fd, Orange, Rdr, Pcdp-Djamnazi et Maesha Bora), a tenu une conférence de presse, samedi au restaurant Café de la paix, pour exprimer son soutien au programme du président de la République. L’Arp a salué, d’amblée, la teneur du discours sur l’état de l’Union que le président Ikililou a prononcé, le 26 mai dernier, à l’occasion du premier anniversaire de sa mandature à la magistrature suprême de la République. L’un des conférenciers, l’ancien ministre Hassani Hamadi, a relevé que la population assiste, avec le gouvernement en place, “à des effets d’annonce”. Il a cité, entre autres actions, la lutte contre la corruption et les fléaux sociaux, la lutte contre la vie chère, la défense de l’unité et de l’intégrité territoriale, notamment le retour de Mayotte au sein de la mère patrie, la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit, la reconstruction nationale, la réparation et la gestion des catastrophes naturelle et humaines. “Autant d’efforts à saluer”, à en croire l’ancien ministre des Finances. Tour à tour, les responsables des formations politiques de cette coalition ont démontré leur conviction commune et réaffirmé les objectifs à poursuivre pour accompagner le programme quinquennal du président de la République.

Une alliance pour la Nation

La question de l’existence de deux coalitions de mouvements et partis politiques, en l’occurrence l’Arp et le Mpu, soutenant la politique du président de la République, n’a pas échappé à l’échange entre la presse et les leaders politiques de l’Alliance pour le renouveau politique. L’ancien vice-président de la République et conseiller du chef de l’Etat, Ben Massoundi Rachidi, a déclaré que “ce sont des questions importantes mais qui ne sont pas au coeur des débats aujourd’hui. Notre intention est de nous libérer des bagarres inutiles pour mieux consacrer notre action de soutien au président”. Dans la foulée des discussions, un autre conseiller au cabinet de Beit- salam, l’ancien gouverneur de Ndzuwani, Moussa Toyb, a rappelé la nécessité impérieuse de constituer une “alliance présidentielle pour servir les intérêts de la Nation”.

Source : Alwatwan ; Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*