Le 3e coup d’État hante les esprits

Opinion libre: Depuis l’assassinat du guide de la révolution Comorienne(mongozi wahe siyasa yawufwakuzi) le regretté Ali Soilih Mtsachioi ,en mai 1978, les Comoriens rêves toujours d’un grand changement qui pourrait bouleverser le paysage politique et socio-économique du pays. Cet événement est plus qu’imaginaire .

Selon la rumeur, le Mongozi aurait prédit , un 3e coup d’état qui ferait beaucoup de morts et de blessés. Après ce pronunciamientos, le développement socio-économique du pays démarrerait d’une manière spectaculaire et le pays serait dirigé par un inconnu qui sortira de nul part. Est-il un extra terrestre?

De toute façon, chaque fois que le pays va mal, et quand la population commence à se lasser du gouvernement , au lieu de descendre dans les rues pour manifester leur mécontentement , elle se soulage en parlant de ce fameux 3e putsch prédit par le Mongozi wahe mapinduzi. Une façon, peut être, de rappeler au président de la république et à son gouvernement qu’ils doivent absolument changer de comportement et trouver une autre façon de gérer les affaires du pays avant qu’un événement majeur ne les surprenne. Ce qui m’intrigue dans cette histoire du 3e coup d’état, c’est l’implication de la ville de Mitsoudjé où selon les on-dit , les hostilités de cet événement tant attendu depuis des décennies débuterons à l’entrée de la ville natale de l’actuel PIA( Président Imam Azali). Dans un pays où plus de 45% de la population croit et pratiquent la magie, actuellement beaucoup des nos compatriotes espèrent que la vision du Mongozi n’est pas le fait du hasard.

Puisque, le moment où le feu Président Ali Soilih Mtsachioi prophétisé cette vision , Azali Assoumani Boinaheri était encore étudiant au lycée Said Mohamed Cheickh et personne ne songeait qu’il deviendrait un futur Président de la république. Aujourd’hui, il est président et le climat politique du pays n’a jamais été aussi tendu.

Le président Imam Azali, il faut le dire, a commis une erreur politique , en faisant de ces opposants des Martyrs sans que ces derniers n’ai fait la guerre même celle de l’intifada. L’exemple de FEPS( Fundi Ex Président Sambi) et de l’actuel secrétaire général du parti Djuwa Ahmed Barwane , ancien Ministre et ancien Homme d’affaires de la place, reconverti en politique , sachant que le premier est en résidence surveillé et le second écroué à la maison d’arrêt de hadombwe à Moroni . Alors , peut on prétendre que-l’actuel bras de fer entre Le président colonel Azali et l’opposition est-il le début d’un conflit qui va dégénérer? En attendant la suite des événements soyons vigilants.

Said Ali Moegni Houssein

5 commentaires sur Le 3e coup d’État hante les esprits

  1. oh chef et colonel de l arme national vous attendez quoi, le tour est a vous de stabiliser le pays avant qu il soit trop tard.

    sauver le pays? c est votre devoir?

  2. Je me demande vraiment qu’est ce qu’ils pensent certains militaires qui sont à Kandani , mal nourris et mal payés. Oh militaires comoriens rabaissés et humiliés par Azali depuis longtemps , qu’est ce que vous attendez pour chasser ce démon d’Azali.

  3. LE GENIE D’UN PEUPLE s’indentifie par sa capacité à éffectuer sa propre révolution et déjouer toute pronostique.
    content de constaté qu’une vision de prédilection soit plus d’actualité dans les esprits des comoriens .
    les conditions d’exécution de ce plan sont presque réunies .le compte à rébourg a commencé ,mais nous espérons qu’il n y ait pas trop de fusion de sang .
    j’ai vu des resposables tenir des discours qui designent toute une listing des personnes consideréés comme ennémies car elles n’ont pas adheré à leur cause.
    un partisan dérangé mentalement ou un énnemi de la nation libre risque d »agir seul et tenter l’irreparable .
    la construction d’un pays ne se fait pas par la haine et la vengeance mais par , un esprit éclairé .

  4. Information à prendre avec la plus grande prudence mais, compte tenue des contextes belliqueux actuels, ceci semble vérifié la prédiction d’Ali SOILIH…Toutefois, si les Comoriens se trouvent imposé à une guerre par l’ingrat Azali, ils n’auront pas le choix, ne serait-ce qu’en finissant à des martyrs…

  5. IL EST TEMPS QUE LE SAUVEUR ÉMERGE.
    L’état comorien a besoin d’un homme ou une femme providentielle pour dénouer la crise politique et institutionnelle qui secoue le pays.En effet, être un sauveur ne demande pas trop de réflexion, mais au contraire cela exige une volonté d’un individu qui cherche surtout à mettre à l’abri une population en détresse psychologique. Il faut dire que la vie de l’ensemble des comoriens est menacée par la dictature sanglante du colonel Azali assoumani Mugabe. Celui-ci, a pris l’initiative de détruire les institutions pour s’éterniser Au pouvoir. Or, en 1999, ce criminel de haut niveau avait fait un putsch en prétendant préserver l’unité du pays. Aujourd’hui, ce même criminel voit que ces mêmes institutions auxquelles il les a fabriquées sont obsolètes. Il s’agit de garder le pouvoir en prétextant une émergence en 2030 au sein de la ville de Mitsoudje.
    Il faut noter que le dictateur sanguinaire Azali assoumani Mugabe fut président grâce aux armes. Il est donc utile qu’un militaire lui montre explicitement qu’il pourrait aussi arriver au pouvoir par les armes. Car, alpha blondy disait que celui qui règne par les armes périra par les armes en vérité. Sachez vous que le despote n’a pas plus que les autres. Azali assoumani Mugabe a fait un putsch, vous devriez faire aussi.

    Oh, soldats comorien prenez le pouvoir au main d’un dictateur.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*