Le Changement de relais du Président Azali

Le Président de l’Union Azali Assoumani a dissous le 15 juillet 2017 son premier gouvernement.  Il procèdera, cette semaine, à la nomination de son deuxième gouvernement qui consacrera un changement de relais. Il consacrera sans nul doute sa rupture avec  son principal allié politique, le parti Juwa et le Président d’honneur de ce parti, l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.
 
Son prédécesseur, Ikiliou Dhoinine, avait lui aussi un an après son arrivée au pouvoir procédée à un changement de relais en coupant les ponts avec son mentor l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. En effet, le 10 octobre 2012, il avait  mis fin aux fonctions de son Directeur de Cabinet, M’madi Ali et a nommé l’ancien Président par intérim, candidat malheureux aux primaires de l’élection présidentielle de novembre 2009 et ancien Secrétaire régional de la Convention pour le Renouveau des Comores (CRC), parti politique de l’opposition, Hamada Madi BOLERO.   Ce fut  un acte politique fort de l’ ancien Président de l’Union qui avait intégré dans son cabinet non seulement un natif de son ile natale, mais surtout un des poids lourds d’un parti politique de l’opposition qui a mené la vie dure à son ancien mentor, l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi en portant plainte contre lui à la fin du mandat de celui-ci.  Avec cette nomination, le relais entre l’ancien président Sambi et son successeur a été coupé. C’était un revirement politique qui a laissé des traces dans la vie politique.  Hamada Madi Boléro avait combattu le candidat Ikililou Dhoinine et fut même l’un des signataires du courrier du 15 novembre 2010 adressé au Président de la Commission de l’Union Africaine dans lequel, les candidats aux primaires de l’élection présidentielle, à l’exception du candidat Ikililou Dhoinine, arrivé en tête, avaient accusé la Communauté Internationale « de négligence et de manque d’intérêt manifeste dès lors que l’élection principale, les primaires, se déroulait à Mohéli et non dans une autre île ». Ils avaient annoncé dans ce courrier qu’ils ne reconnaissaient pas les résultats du 26 décembre 2010 dont l’issue était connue d’avance. Ainsi le signataire de cette lettre, est devenu le Directeur de cabinet du vainqueur de ce scrutin. L’ancien Président Ikililou avait épousé ainsi les méthodes de certains de ses prédécesseurs qui faisaient tous pour débaucher leurs meilleurs opposants, une sorte de prise de guerre.

Nous écrivions dans ce blog au mois d’octobre 2012 qu’en  » coupant progressivement  le pont avec ceux qui l’ont porté au pouvoir et en s’associant avec ceux qui l’ont combattu violement dans le passé,  Ikililou etait en train de se tirer une balle dans le pied et d’hypothéquer le crédit qu’il jouissait auprès de la population.   Nous avions ajouté que les chefs de l’Etat comoriens qui ont adopté des revirements politiques dans le passé au cours de leurs mandats, ont payé cher de cette absence de loyauté vis-à-vis de leur famille politique » . 4 ans après la rédaction de ce billet, les candidats  du pouvoir d’Ikililou Dhoinine, au niveau de l’élection présidentielle de l’Union et de l’élection des gouverneurs ont tous été battus.
 
L’Histoire se répète-t-elle avec le président Azali Assoumani ?

Comores droit 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*