Le Comité Maoré souhaite l’annulation du visa de sortie pour Mayotte

images

Les Comores ont été admises à l’Organisation des Nations Unies, le 12 Novembre 1975. Depuis 2007, chaque année à cette même date, le Comité Maoré ne cesse de réclamer  le retour de Mayotte au sein des Comores. Pour le Comité, le visa de sortie vers Mayotte signifie que le gouvernement reconnait implicitement la sortie définitive de Mayotte de l’Union des Comores. Ce fut aussi l’occasion de rendre hommage aux nombreuses victimes de la dangereuse traversée Anjouan-Mayotte.

Ce même comité s’est rassemblé au Palais du peuple afin de dénoncer le visa de sortie vers Mayotte mis en place par le gouvernement comorien. Qui consiste à ce que chaque voyageur quittant l’archipel des Comores à destination de Mayotte paie une somme plus ou moins élevé. S’il est de  nationalité comorienne  il devrait s’acquitter la somme de 1 € et s’il est étranger la somme de 60 €.

Le président du Comité Maoré Ali Abdou Elaniou ,déplore le fait que les autorités comoriennes soient impassibles face aux victimes des kwassa-kwassas qui périssent lors de la traversée Anjouan-Mayotte. Il a aussi blâmé « les collabos de France » et appelle la diaspora à faire pression sur le gouvernement français.

En somme, le Comité Maoré demande aux autorités comoriennes de refuser d’accueillir les personnes expulsées de Mayotte sur le territoire des Comores.

« Le droit de rendre hommage aux morts du Visa Balladur! »

Au lieu de rendre hommage aux victimes du visa Balladur, les autorités comoriennes ont préférés rendre hommage aux combattants de la première guerre mondiale ayant rendu service à la France, regrette l’artiste Soeuf Elbadawi. Il a appelé à la mobilisation des acteurs politiques et de la société civile pour que la stèle érigée en la mémoire des dizaines de milliers de comoriens ayant fait naufrage au large de Mayotte depuis l’instauration du visa Balladur, puisse être bâtie sur la place de France.

En effet lors de la célébration de « la Journée Maoré », l’installation de la Stèle à la mémoire des victimes du visa Balladur qui ont perdu la vie lors de la terrible traversée a  finalement été interdite par la préfecture du centre de Moroni. D’après le président du Comité Maoré, le préfet n’a pas suivi les procédures légales pour faire annuler ou suspendre l’autorisation de la mairie.

Selon la Gazette des Comores, lors de la cérémonie ayant eu lieu à l’assemblée nationale, un panneau en hommage aux victimes a été inauguré à la Place de l’Europe (rond-point jouxtant le Café du port) par l’Association Ngo’shawo.

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*