Le coup de coeur Abdullah

C’est la bonne surprise de la préparation de l’OM. Raffidine Abdullah a tout pour devenir le nouvelle pépite du club. Ses coéquipiers sont sous le charme.

Raffidine Abdullah. Il y a quelques semaines encore, ils n’étaient qu’une poignée à savoir différencier le prénom du nom. Magie marseillaise, en l’espace d’une saison, il pourrait devenir l’inscription la plus en vogue au dos des tuniques olympiennes. Car le jeune milieu de terrain a tout pour devenir le nouveau chouchou du Vélodrome. En effet, quoi de plus symbolique pour parler de renouveau que de porter aux nues un joueur qui sort de nulle part ?

De la défense au milieu, en passant par les Bleus

« Raffi », comme l’appellent affectueusement ses coéquipiers à chaque récupération de balle rageuse, ne s’est pourtant pas mis au football hier. Défenseur central à l’origine, ce Marseillais pur jus a fait ses classes dans le centre de formation de l’OM, au sein de la promotion 94 (Fabri, Aloé, Azouni, Bangoura, Jobello). Repositionné au milieu de terrain, il s’est imposé avec l’équipe de France des U18 l’an dernier. Il passe logiquement avec les U19 en août.

Dans le contingent des 12 jeunes amenés à s’entraîner avec les pros, il ne visait pas plus loin que le deuxième stage. « J’espère me maintenir avec les pros le plus longtemps possible. Mais, même si je retourne en CFA2, je vais me donner à fond et ça me sourira plus tard. Il faut patienter… » déclarait-il dans la presse locale après quelques jours à Crans-Montana.

Sauf que sur le terrain de Nîmes, il a joué une tout autre partition que celle du minot qui veut rester à sa place : un nombre incalculable de ballons grattés, des relances efficaces, et quelques louches qui arrivent à destination, en bonus. Juste après la rencontre, Élie Baup était obligé de calmer le jeu : « Il est appliqué et respecte les consignes. Mais il a connu une charge de travail importante. Il faut y aller mollo avec lui. »

Rien à faire, Abdullah continue d’impressionner sur les pelouses de Divonne-les-Bains. Jordan Ayew et Charles Kaboré sont bluffés (voir la vidéo). Le Burkinabé, pourtant dans le même secteur de jeu, se rend même à l’évidence : il faut penser à lui en tant que titulaire. Abdullah pousse derrière les Cheyrou, Kaboré et autre André Ayew pour une place dans l’entrejeu. 

Le nouvel entraîneur de l’OM tempère : « Ça reste un jeune, il faut lui permettre de progresser, mais il ne faut pas le griller trop tôt en le mettant trop vite dans la dimension de la compétition. On verra ». Mais lorsqu’on lui fait remarquer qu’il a lancé Moussa Sissoko dans le grand bain à 18 ans à Toulouse, le coach renchérit, assurant que ce n’est pas le seul. Il le sait donc bien, parfois, le talent n’attend pas.

Source: lephoceen.fr

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*