Le député Dhoulkamal réagit aux propos de l’ancien président Sambi

Le vice-président de l’Assemblée de l’Union, Dhulkamal Dhoihir a réagi aux propos de l’ancien président de l’Union, Ahmed Abdallah Ahmed Sambi qui rejette le « rapport Dhulkamal », faisant allusion au rapport d’enquête parlementaire sur la citoyenneté économique. Ce député assure avoir fait ce travail pour le bien du pays.

« Rapport Dhoulkamal », c’est par ces termes que l’ancien président de l’Union des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qualifie le rapport sur la citoyenneté économique dans une vidéo de 9 minutes posté sur les réseaux sociaux pour se laver des accusations portées contre lui dans cette affaire. Des propos qui ont poussé le vice-président Dhoulkamal Dhoihir à réagir. Ce dernier dit avoir relevé un certain mépris des institutions de la République.

« Jusqu’à preuve du contraire, les lois de l’Assemblée et les commissions ne portent le nom de personne. On ne voit ça qu’en Europe, avance le député Dhoulkamal Dhoihir. S’il décrète en tant qu’ancien président de l’Union des Comores qu’à partir d’aujourd’hui, les lois porteront les noms des promoteurs ou les rapports des commissions portent les noms des présidents, je prends cela avec beaucoup de philosophie, peut être que le président est en colère ».

Sur le rapport en question, l’ancien président Sambi a été interrogé par trois députés lors de son audition devant la commission parlementaire. « Je prends pleinement la paternité de ce rapport puisque c’est cela qu’il veut dire. Mais je crois que c’est un rapport dont on n’en finira pas d’en parler. Et aujourd’hui, je ne suis pas très inquiet des jugements des uns et des autres, de ceux qui sont concernés », poursuit-il.

Le rapport parlementaire sur la citoyenneté économique a emporté du monde dans son sillon. Des anciens présidents, des ministres et voire même des policiers sont mouillés dans l’affaire. Pas seulement le président Sambi. « Ce rapport ne concerne pas que Sambi. Beaucoup des gens sont cités et je ne vois pas pourquoi on se focalise principalement sur Sambi », avance ce député, avant d’ajouter que « s’il y a des choses à contester, je pense que l’opportunité était donnée pour les contester devant la justice. Si le président Sambi est en détention provisoire, ce n’est pas Dhoulkamal mais le juge qui en a décidé ainsi».

Le vice-président de l’Assemblée reste convaincu qu’il ne suffit pas de parler de « rapport Dhoulkamal » mais qu’il faut se pencher sur ce qui est dedans, si cela est avéré ou pas. « Je n’ai pas de problème particulier avec le président Sambi. Je pense que ce que je faisais était nécessaire pour rendre service à mon pays et je l’ai fait », conclut-il.

Mohamed Youssouf / LGDC

6 commentaires sur Le député Dhoulkamal réagit aux propos de l’ancien président Sambi

  1. dhoulkamal , .tu es responsable des maux qui arrivent à l’ancien president sambi aujourdhui .car ton rapport est nul et non avenu.c’est un faux rapport qui avait pour but d’emprisonner sambi .toi et azali , vous êtes responsables et un jour vous allez vous trouver en prison , c’est sûr.et c’est bientôt.

  2. Oui véritablement, entre le vrai faux rapport et le faux et le vrai. Mais qu’en ait le contenu. Qu’est ce qu’il est reproché au président Sambi d’être ainsi mis en détention surveillée alors beaucoup des autres gens que vous ne nommez pas sont dans leur villa en train de se bronzer. a coup sûr c’est un acharnement mais qui ne va pas apporter ni toutes les réponses que le comorien lamba espère ni recouvrer l’argent ainsi détourné, puisque même si on devait retrouver une partie, les gouvernements d’aujourd’hui s’empresserait de mettre dans leurs poches. Donc, Doulkal vous êtes naif en croyant avoir apporter quelque chose aux Comores. C’est la justice des vainqueurs et à coup sûr Sambi ne bénéficiera pas d’une justice équitable et vous aurez pris une part importante à cette injustice

  3. Monsieur le député , votre réaction aux propos de l’ancien chef de la cour suprême Le président sambi est logique , car c’est la première fois dans l’histoire de Comores qu’un autorité se trouve en prison , on n’a jamais vu un chef du village convoqué à la gendarmerie pour un simple affaire n’en pale plus un président , il est tout à fait normal que le président sambi rejette ses accusations. c’est très rare qu’un accusé avoue son la vérité ,un voleur n’a jamais accepté qu’il a volé , votre enquête parlementaire marque un travail très remarquable, la maturité de notre pays et montre la volonté de faire avancer notre pays comme les autre , parce que dans un pays le parlement est un institution fondamental , le parlement est la colonne vertébrale du gouvernement , c’est comme le moteur d’une voiture .je suis choqué qu’un chef d’tat , le chef des institutions mépris les lois fondamentaux de la république , je suis aussi tés déçu de lire dans la presse qu’un juge comorien en exercice est considéré le plus corrompu du pays , je regrette aussi Monsieur le député car dans votre réaction vous avez bien dit qu’il n’ y a que le seul président sambi qui est mis en cause dans cette affaire ? pourquoi ils ne sont pas en prison avec le président sambi ? qu’est ce qu’il attend le juge pour les mettre en prison ? vive les Comores dans la démocratie et une vrai justice pour tous , merci.

  4. J’espère pour toi que tu n’as pas de problème particulier avec Sambi car tu sais très bien ce que tu es exactement. Tu peux chanter tout ce que tu veux à ceux qui ne te connaissent pas. Tu es bien connu à Mayotte et beaucoup des gens savent exactement les malversations que tu as faites ici. Il n’ y a que l’argent qui t’anime et tus prêt à faire n’importe quoi pourvu que tu tires un intérêt. En tout cas tu finiras mal pour tout ce que tu as fait. Car tu as fait trop de mal et dieu te punira.

  5. Ce qui nous inquiète , vous ,Monsieur le Député , parlez du monde mouillé dans cette affaire et il n’y a que Sambi qui est en prison . Vous devrez concluire le pourquoi d’un seul sur l’infini se retient .C’est pourquoi la majorité du peuple comorien considère que c’est une décision politique , par la grande faute de Sambi de rester populaire . Que l’on sauve les institutions et la démocratie car les hommes passent et l’Etat comorien reste .Vivent les Comores unies dans la paix et la stabilité .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*