Le DG de Lafarge Comores dans le collimateur du siège et des autorités comoriennes

lafarge

Arrivée aux Comores en 2013 avec comme projet de construction d’une cimenterie, LAFARGE a trompé la vigilance des autorités comoriennes en leur disant qu’elle va créer 2000 emplois directs et indirects, auxquels s’ajoutera tout un lot d’activités connexes qui viendront se greffer autour de ce projet. Lafarge avait complimenté le gouvernement comorien qu’elle va produire 20 000 tonnes de ciment par an. Mais au lieu de produire, Lafarge importe plus de 25 000 tonnes de ciment par an. Avec ces importations et la commercialisation du ciment en violation flagrante du contrat signé en 2013 entre le gouvernement et cette société, Lafarge avait provoqué la colère des operateurs économiques comoriens mais aussi des autorités.lafarge

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

La colère des autorités comoriennes. « Pourquoi Lafarge défit le gouvernement comorien ? »
Le gouvernement comorien plus particulièrement le délégué à l’économie n’avait pas apprécié l’intrusion sur le marché comorien de la société Lafarge entant que commerçant et non producteur de ciment. Lafarge a vu tous ses projets d’importation et de commercialisation quasiment gelés par des décisions et des notes explicatives de la direction de la concurrence et le délégué à l’économie. Mais la société Lafarge continue son chemin d’un bon homme en défiant l’Etat comorien et en violation des décisions du délégué à l’économie au nom de on ne sait pas qui sauf la loi surtout avec leurs mensonges de la création de 2000 emplois. Tout en oubliant son contrat initiale de la création d’usine de cimenterie, Lafarge part dans l’objectif de faire faillite les operateurs locaux. Heureusement que le délégué à l’économie d’avoir décidé de fermer Lafarge sinon c’est l’assassinat des opérateurs comoriens ainsi que moins des recettes à la douane. Le cimentier français Lafarge, qui est dans le pointeur des autorités comoriennes laissant planer le risque de ne pas atteindre son objectif d’implantation d’usine de cimenterie aux Comores dont le premier lot du ciment made in Comores devrait être sur le marché depuis 2014. Le DG de Lafarge Comores est aussi dans les radars du siège social qui l’accuse d’être à l’origine de tous ces tumultes.

Nakidine Hassane

1 commentaire sur Le DG de Lafarge Comores dans le collimateur du siège et des autorités comoriennes

  1. Je me demande incessamment, pour quoi tous nos dirigeants politiques octroient aux français le monopole du marché économique comorien ? Comment veulent-ils que notre pays s’émancipe économiquement et socialement si nos deux marchés commerciaux, celui d’intérieur et celui de l’extérieur sont sous l’emprise de l’ennemi ? Nous avons en première place : – La famille de M.BIQUERET du Bouches-du-Rhône précisément à Marseille 14 ème. (Nom de la Société GLOBAL TRANSIT)
    Deuxième place : – La famille de M David SALINIER dans le Gare à Montpellier. (Nom de la société PROCOM INTERNATIONAL)
    Troisième place : -Jean-Luc Petit de paris mais, réside dans Île Maurice. (Non de la société Maurema Trading Ltd)
    Quatrième place : – La famille Bolloré Africa Logistics est c’est lui qui s’accapare du gros morceau, la douane comorienne et Moroni terminal.
    Cinquième place : – COLAS, une branche de Bouygues la grande société française, chargé de tous les chantiers routiers comoriens. Enfin notre la SNPCF sous les ordres de la poste français et aujourd’hui LAFARGE partager le gâteau avec son compatriote Monsieur Biqueret au niveau du cimentier.
    Nous en avons marre de l’impérialisme féodal. Il faut qu’il se déguerpisse, car avec lui, notre pays pourra jamais se promouvait. Il nous a assez tordues les chevilles depuis 1896, qu’il conserva notre pays. Nous avons besoin de voler avec nos propres ailes, manger comorien, habiller comorien et boire comorien et développer notre pays à notre façon et à notre volonté.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*