En ce moment

Le directeur d’Al-watwan Maoulida Mbae est lâché par ses proches collabos

Dans une lettre ouverte adressée au président de la république, les journalistes d’Al-watwan manifestent leur mécontentement vis-à-vis de ses propos moqueurs. Lors de la cérémonie officielle de la fête du 45e anniversaire du 6 juillet, Azali a dit qu’il ne lit pas Al-watwan parce qu’il sait en avance qu’il le vante, mais il lit plutôt La Gazette et Al-fajr qui portent un regard critique sur l’actualité. Une déclaration qui a provoqué le courroux des journalistes d’Al-watwan qui n’ont pas tardé à réagir, accusant le chef de l’État et le directeur qu’il a nommé depuis juillet 2018, d’être les responsables de cette descente aux enfers. « Nous ignorons, monsieur le président de la République les missions que vous lui aviez assignées ce 12 juillet 2018. Ce que nous savons par contre, c’est que depuis Al-watwan n’est que l’ombre de lui-même pourtant ce sont les mêmes journalistes qui écrivent le journal. L’information est triée au parfum des gouvernants. Est-ce sa mission ? », écrivent les journalistes et membres de la rédaction. Un constat tout à fait sincère à la situation que traverse le canard de l’Etat. Problème, cette lettre qui enfonce le directeur de publication est signée par le secrétaire de rédaction Kemba, le photographe principal Ibrahim Youssouf, et le chef de la rubrique arabe Abdallah Said, ceux-là même qui prétendent soutenir la politique éditoriale du directeur Maoulida Mbae, le directeur général et directeur de publication. Lire ici l’intégralité de la lettre ouverte:👉 http://www.comores-infos.net/les-articles-qui-vous-vantent-seront-bannis-les-journalistes-dal-watwan-a-azali/

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*