Le droit comorien a perdu une bataille !

L’arrêt de la Cour Suprême du 6 aout 2018 consacre la défaite du droit Comorien et de ses juristes. Une défaite cuisante causée par certains juristes qui ont piloté le processus de mise à mort de ce droit, depuis le 12 avril 2018. Avant cette date fatidique qui a vu une décision présidentielle défaire une disposition constitutionnelle, des actes administratifs préparés par des juristes, ont été élaborés et mis en en œuvre au mépris du principe sacré de la hiérarchie des normes. Les juristes et des magistrats ont joué un rôle fondamental dans la validation des actes administratifs qui ont violé le code électoral, dans la préparation du scrutin du 30 juillet 2018 et la proclamation de ses résultats définitifs. Depuis l’accession de notre pays a l’indépendance, le droit n’a certes jamais guidé les agissements de nos dirigeants, mais il n’a jamais été mis de côté à ce point. Le droit est constamment contourné, écarté, violé, méprisé…. Ceux qui sont censés appliquer et faire respecter la loi, sont les premiers à la piétiner. Les articles publiés dans ce blog depuis plus de 9 ans et demi, dénoncent régulièrement ces violations pour attirer l’attention de nos dirigeants, des responsables des partis politiques et des organisations de la société civile, sur l’importance de respecter la loi et le principe de la primauté du droit afin de renforcer la bonne gouvernance et l’état de droit.

Le droit est défait et des avocats, des juristes et magistrats ferment les yeux sur cette forfaiture. Certains sont obligés d’applaudir, d’avaler des couleuvres, de peur des représailles. Ils félicitent, les acteurs de cette violation flagrante du droit et certains leaders politiques se réjouissent que la loi du plus fort s’installe dans le pays. Warwariya Ngwayendelayo !

La défaite du droit comorien est bien actée le 06 aout 2018, avec la validation par la Cour Suprême, d’un processus électoral vicié dès le début. Mais la flamme de l’espoir d’un état de droit ne sera jamais éteinte dans les cœurs de ceux et celles qui croient en l’ avènement irréversible d’ un Etat de droit dans ce beau pays.

Une nouvelle constitution est ainsi entrée en vigueur. Elle a été approuvée par une partie de la population. Elle ne sera pas pire que la Charte Constitutionnelle proclamée à Beit-Salam le 06 mai 1999 par l’Armée Nationale de Développement, signée par l’actuel Président de l’Union et exécutée comme constitution de l’ Etat, durant 2 ans et demi.

Comores droit

3 commentaires sur Le droit comorien a perdu une bataille !

  1. Enfin les rideaux tombent puisque ces sont les Comoriens eux même qui reconnaissent leurs pratiques habituels étant donné que beaucoup présentent des faux diplômes voire falsifiés .
    En 2013 nous avons connus ces faux juristes Comoriens de nationalités Française ayant falsifiés des diplômes de juriste et sont venu s’installer Mayotte à Pamandzi en petite terre .
    Après avoir escroqués plusieurs clients avec des sommes colossaux et pris la fuite,les clients ont saisies la justice.
    Une alerte nationale et internationale par ( interpole ) a été lancée pour les intercepter puisque après vérification la justice Française découvre que c’ était des Diplômes falsifiés .
    Ces pseudo-juristes COMORIENS n’ont pas été assez intelligents puisque pour fuir au lieu de rentrer aux Comores , ils ont été rattrapé en banlieue Parisienne à IVRY .
    Les exemples en sont multiples , J’ai connu un Comorien dans le Banlieue Lilloise à Villeneuf d’ Asm possèdant le même Diplôme que BARAK OBAMA l’ ancien président des USA , je lui ai demandé alors parlons Anglais des USA car j’adore parler Anglais , il m’ a tellement fait rire car sans me vanter mon Anglais est meilleur par rapport au sein .
    Votre ministre de l’intérieur kiki est passé à la Fac de la Sorbonne à Paris , il ne faisait que dormir pendant les Cours et finalement il n’ a passé que deux mois à la Fac de la Sorbonne , je me demande s’il ne possède pas un Diplôme falsifié de la Sorbonne pour se vanter qu’ il a fait ses études parmi les prestigieux université de France ,
    J’attends que ce dernier me poursuive en diffamation pour ces révélations .

  2. c’est le peuple comorien qui bafoue son droit mettant en danger ainsi l’espoir de jouir un jour d’un développement digne d’un peuple indépendant.
    en effet,en acceptant sciemment ou inconsciemment la corruption de ces pseudo-dirigeants qui sont au service de leurs uniques ventres,ils contribuent à enfoncer de plus en plus leur propre pays;Je suis sûr que la grande majorité de ceux et celles qui ont voté le « oui » de Azali appartiennent aux citoyens simples qui ne mangent meme pas à leur faim pendant qu’une poignée de personnes se partage le pays.ils remplissent de comptes bancaires et font rien pour ce peuple mais pendant les élections ils viennent avec seulement des discours ou pire,les citoyens acceptent d’etre acheter pour deux kilos de riz,un boug de pain ou leur équivalent qui vont consommer en une heure et revenir à leur misérable vie et en échange ils doivent dire oui à tout ce qu’on leur démande mais ce que nous nous rendons pas compte,en faisant celant, nous disons oui à nos dirigeants,nous leur demandons de continuer à s’enrichir d’avantage et en meme temps nous approuvons le fait de nous appauvrir davantage.
    Tant que le peuple ne changera pas le pays ne changera jamais et nous continuerons à avoir que des corrupteurs à la tete de notre état dont la seule et l’unique ambition est de se remplir les poches au detriment de leur peuple: un mauvais dirigeant pour un peuple mauvais.

  3. Et qu’est ce qui nous prouve vraiment que ceux juristes qui ont cautionné et bafoué notr droit national , sont des vrais juristes ? Ils ont peut être appris à défendre le non droit , Comores est un pays spécial , pas de contrôle de diplômes , mais tout le monde peut s’autoproclamer juriste , docteur , diplômates par formation et par carrières , bref pour dires qu’au Comores il existe tous les diplomes du monde même pour les diplomes qui n’existaient pas dans les années 60 ,comores en possède , resultat 43 ans d’indépendances sans espoir , parceque dans la réalité des choses et si on fait un filtre on trouvera que juste une poignée de gens, je veux dire maximum 50 comoriens qui possèdent des vrais diplomes , je dis bien 50 sur une population qui envoisine les 900000 milles Habitants . Sans oublier des jeunes qui s’engage à l’argent juste pour avoir à manger et non pas par vocation patriotique , par amour de la nation . Donc , certes Azali et ses comiques faux juristes ont la force et l’argent du pays à leur guise pour corrompre le comorien lambda , mais il est clair qu’ils ne sont pas invincibles , ils d’autant fragiles que le peuple comorien qu’ils traumatisent chaque jour , le passé du feu Ahmed Abdallah père de l’indépendance , d’Ali Soilihi , ce passé sombre le peuple comorien ne l’a jamais oublié , et ce passé risque probablement de faire surface pour ainsi retablir l’état de droit dans ce pays pris en otage par un cancre , fou et malade de président qui ne pense pas à la mort .

Répondre à FARID Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*