Le fardeau et la responsabilité de la jeunesse pour le développement

​« Je suis fondamentalement optimiste. Que cela soit inné ou pas, je ne saurais dire. Une façon d’être optimiste consiste à garder sa tête pointée vers le soleil et les pieds en mouvement. Je marche chaque jour vers le bonheur malgré les obstacles, je me lève encore et encore, car je n’abandonne jamais, l’abandon ne fait pas parti de mon vocabulaire, ma devise est simple : Toujours aller de l’avant, toujours, pour mon bien et pour celui de mon prochain. »

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Une grande partie du monde est en passe d’avoir un dividende démographique – la croissance économique qui peut se produire quand une population passe dans une transition démographique, d’une situation avec de nombreuses personnes à charge et comparativement peu de personnes en âge de travailler à une autre avec des nombreuses personnes en âge de travailler avec moins de personnes à charge. Les dividendes démographiques ont contribué à produire une croissance économique sans précédent dans plusieurs pays d’Asie de l’Est. La République de Corée, par exemple, a vu son produit intérieur brut par habitant croître d’environ 2 200 pour cent entre 1950 et 2008.

Mais, comme le ministre de la Population de l’Egypte, Hala Youssef, a déclaré : « Le dividende démographique n’est pas automatique … C’est une fenêtre d’opportunité ».

Eveil du  potentiel de 1,8 milliard de jeunes

Pour réaliser le dividende, les pays doivent investir dans l’autonomisation, l’éducation et l’emploi de leurs jeunes. Il y a 1,8 milliard de jeunes dans le monde aujourd’hui, ce qui représente une énorme quantité de potentiel humain. Pourtant, trop d’entre eux sont prisonniers de la pauvreté, avec peu d’occasions d’apprendre ou de gagner une vie décente.

Nous apprécions tous le gaspillage massif de capital humain dans notre monde où 74 millions de jeunes ne trouvent pas de travail.

Les jeunes ont faim de meilleures options. « Ils rejettent le statu quo et exigent un avenir meilleur. Beaucoup d’entre eux revendiquent leur droit à une vie décente, et ils sont prêts à prendre des risques pour le faire. Nous avons vu ces derniers temps le nombre élevé de jeunes qui prennent des risques autour de la Méditerranée, essayant d’atteindre une vie meilleure », a déclaré le Dr Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).

Mais si ces jeunes sont autorisés à réaliser leur plein potentiel, les pays en développement pourraient voir des gains économiques énormes.

Plus les jeunes deviendront des adultes instruits et que les personnes à charge auront moins de personnes à leur charge et qu’ils auront de nouvelles possibilités d’acquérir de la richesse, de l’épargne et du pouvoir d’achat, plus ils pourront accélérer la croissance économique et le développement, On estime que le continent africain pourrait ajouter jusqu’à environ 500 milliards de dollars par an à son économie pendant un maximum de 30 ans.

Les étapes vers un avenir meilleur 

Et si les jeunes s’abstiennent de voter, c’est non par désintérêt mais par frustration, ils en ont assez de supporter les multiples mensonges de politiciens trop souvent déconnectés de leurs citoyens. N’oublions pas que le dégout politique entraine parfois avec lui des mouvements violents ou extrêmes. De plus, ils ne se sentent pas représentés dans notre nation. Il n’existe aucune voie de jeune dans le gouvernement comorien, l’assemblé national est composé que de députés de plus de 30 ans. Avec un débat politique usé et animé par une série de députés cumulards âgés pour la majorité de plus de 40 ans. 

Des mesures claires peuvent aider les pays à obtenir un dividende démographique : 

Investir davantage dans les jeunes est essentiel. Cela comprend la promotion d’une éducation de qualité qui les prépare à de futures opportunités. Une diversité de formation sera nécessaire – des écoles primaires et secondaires de qualité à la formation technique, aux collèges de deux ans et aux universités à forte intensité de recherche.

Il est également essentiel de responsabiliser les femmes et les filles, et d’assurer leur santé sexuelle et reproductive et les droits de l’homme. Cela leur permettrait de déterminer quand et à qui se marier et le nombre de leurs enfants. Lorsque les femmes et les filles sont capables de prendre ces décisions, ils sont mieux en mesure de terminer leurs études et de poursuivre des emplois.

Notre pays doit également accroître les possibilités d’emploi pour les jeunes. Daniel Johnson, ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture des Bahamas, a souligné ce point. Beaucoup de jeunes seront obligés de s’asseoir en marge de la société, attendant sur la voie ferrée un train qui ne viendra peut-être jamais, de nos jours il y’a de plus en plus un manque d’options d’emploi disponibles dans de nombreuses communautés. 

Il est également essentiel de faire participer les jeunes aux décisions qui les concernent. «Nous ne pouvons pas parler de développement durable sans la participation active des jeunes», a déclaré Ban Ki Moon, ajoutant: «Lorsque nous donnons aux jeunes des emplois décents, le poids politique, la négociation musculaire et une influence réelle dans notre monde, ils créeront un avenir meilleur. »

Prenons ces idées pour exploiter le dividende démographique, en tenant les droits de la personne, l’égalité entre les sexes, le capital humain et la dignité au centre de tous nos investissements. Ce n’est qu’en garantissant des opportunités qui ouvrent l’avenir à tous les jeunes que nous créons un avenir meilleur. 

« Je crois à un avenir meilleur du peuple africain, un avenir où la pauvreté, la misère, la corruption,  le mensonge politique et l’hypocrite seront des mythes que l’on rencontrera à nos enfants, un avenir ou seul la richesse, l’honnêteté, la pureté des cœurs seront monnaies courantes. »

Par Omar Ibn Abdillah 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*