En ce moment

Le fils du conseiller s’adresse aux agresseurs de son papa « mon père est un grand charif… »

Le fils du conseiller Said Ali Said Ahmed s’adresse dans une vidéo aux agresseurs de son père, « mon père a une grande famille à Ntsoudjini, c’est un intellectuel pas comme vos pères, certains des manifestants sont venus en France avec un niveau de 4ème, il y a des voyous parmis eux… ». Regardez la vidéo ci-dessous :
.

3 commentaires sur Le fils du conseiller s’adresse aux agresseurs de son papa « mon père est un grand charif… »

  1. Bonjour Jeune Homme,
    j’ai le regret de t’annoncer que ton père est loin d’être un intellectuel. Car, ce terme fut employé pour les personnes qui prennent position dans une situation conflictuelle.

    par ailleurs, tu dois savoir que ton père n’a pas les capacités requises pour être un intellectuel. Nous suivons les discours du tyran azali assoumani auxquels sont rédigés par Saïd Ali, ceux-ci sont vraiment lamentables.

    Tu dois donc, réfléchir avant de qualifier une partie de la diaspora d’ignorants.

  2. Votre papa qui est un grand charognard comme vous le dites à insulte un enfant d’un grand charif en lui traitant je cite « ton papa est un grand voleur  » lors d’un passage à Paris,il y a 2 mois de celà devant l’ambassade des comores à Paris du coup cette fois-ci on lui a rendu sa monnaie. Alors que le papa de ce dernier que Dieu lui pardonne est décédé, il y a plus de 25 ans.Dites à votre père de connaître les gens avant de les insulter.si un père de famille à son âge n’arrive pas à retenir ses nerfs n’en parlons un jeune de votre génération .
    N’allimenter l’opinion de fausses arguments puisque c’est votre père qui a insulte son père en premier. Dites-vous pourquoi c’est toujours lui !
    Gardons nos nerfs,je n’en crois pas que les soient disant descendante du prophète (charif) aient un comportement similaire.
    Vive les comores et je réitère à ce qu’il y ait un dialogue pour éviter ces genres de situations.
    Le dialogue de sourd ne doit pas prendre le devant sur un État souverain.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*