Le gouvernement comorien exprime son soutien au peuple palestinien

Suite à la décision du président américain, Donald Trump, de reconnaitre, mercredi dernier, Jérusalem comme capitale israélienne, le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, a rencontré la presse hier pour dénoncer cette décision unilatérale. Le patron de la diplomatie comorienne s’insurge contre une décision “qui risque d’affecter la paix et la stabilité de l’ensemble du Moyen-Orient”.
 
Le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, a tenu un point de presse hier Jeudi 7 décembre à l’Aimpsi. Il est revenu sur la décision prise unilatéralement, mercredi 6 décembre, par le 45e président américain, Donald Trump, de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël ; et l’annonce, du même coup, du transfert de l’Ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem.
“Tous les pays du monde reconnaissent Jérusalem Est comme capitale de la Palestine”, lance Souef Mohamed El-Amine. “L’Union des Comores, comme tous les pays du monde, apprend donc avec stupéfaction la décision prise par le gouvernement américain de faire de Jérusalem la capitale d’Israël”, poursuit-il. Une décision qui, selon lui,
 
    rompt avec la politique d’apaisement menée par les gouvernements américains successifs, et qui va à l’encontre des résolutions des Nations unies, notamment le pacte d’Oslo, faisant de la ville sainte de Jérusalem la capitale des États d’Israël et de Palestine. 

Solidaires avec les Palestiniens
“Nous avons été choqués, nous sommes préoccupés par une telle décision. Nous voulons ici exprimer toute notre détermination à soutenir le peuple palestinien. Les États-Unis doivent respecter les résolutions des Nations unies et le statut particulier de Jérusalem Est comme la capitale de la Palestine, dans l’intérêt d’une cohabitation pacifique entre l’État d’Israël et l’État de la Palestine”, dira le ministre des Affaires étrangères.
De nombreux pays se sont manifestés dans le monde pour montrer leur désapprobation de cette décision prise par le président américain. Des pays européens, africains comme arabes. Souef Mohamed El-Amine affirme que le gouvernement comorien a “suivi avec intérêt toutes les déclarations qui ont été diffusées à cette occasion.
À commencer par la déclaration de l’Union africaine, en passant par la déclaration du président de la République française, Emmanuel Macron, ainsi que les différentes déclarations qui ont été publiées par les différentes capitales du monde arabe et musulman”.
Le ministre des Affaires étrangères, “au nom du gouvernement comorien”, s’allie avec la communauté internationale pour “condamner cette décision qui risque d’affecter la paix et la stabilité de l’ensemble du Moyen-Orient”.
“Nous sommes solidaires avec les Palestiniens et nous continueront toujours à respecter les résolutions onusiennes, et  les résolutions de la ligue des États arabes, qui disent que Jérusalem Est est la capitale de la Palestine”, affirme-t-il. Il laisse entendre, qu’à la demande du gouvernement jordanien, les Comores prendront part au conseil des ministres extraordinaire qui se tiendra au Caire le 9 décembre prochain.
Les Comores prendront aussi part au sommet extraordinaire de l’Organisation de la coopération islamique, sollicité par le président turc, Recep Tayyip Erdogan. “Nous allons participer activement à ces deux rendez-vous afin d’exprimer la voix du peuple Comorien”, conclut-il.

Dayar Salim Darkaoui 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*