Le gouvernement ferme les portes des sociétés d’Etat aux nouveaux diplômés

Dans le soucis de rationaliser et rendre compétitif les sociétés d’Etat, des contrats des performances ont été signés entre les directeurs des sociétés d’Etat et le ministère des finances après plusieurs séances des travaux avec le Comité de supervision des Sociétés d’Etat. Sur la base des prévisions budgétaires reconnues et validées par les sociétés, les Directeurs de ces sociétés se sont engagés sur certaines bases de restructurations de leurs sociétés. Il est décidé entre autres que, les investissement à réaliser doivent faire l’objet d’une étude de rentabilité et d’une autorisation écrite du Ministère des Finances.

De même que tout nouveau recrutement doit faire l’objet d’une justification préalable adressé au Comité de supervision avant de lancer un appel à candidature…. Il est convenu qu’une évaluation des performances sera faite chaque mois. Si durant un trimestre, les résultats sont éloignés des objectifs établis, des mesures correctives seront engagées. Corollairement à ces nouvelles mesures, tous les recrutements dans les sociétés d’Etat sont gelés pour le moment. À quelques jours des élections présidentielles et des gouverneurs, verrouiller les portes des sociétés d’Etat dans un pays où le secteur privé est quasi inexistant, ne peut que faire des déçus. Mais comme dirait l’autre, la fête est finie, adieu les saints.

2 commentaires sur Le gouvernement ferme les portes des sociétés d’Etat aux nouveaux diplômés

  1. Cela ne date pas d’aujourd’hui la politique des dirigeants comoriens consiste jusqu’à aujourd’hui à réserver les les emplois à leur partisans ou ceux et celles qui acceptent de jouer leur jeu et Azali ne fait pas exception il ne fait qu’amplifier le phénomène c’est peut-être son chemin vers l’émergence et sa promesse de un jeune =un emploi

  2. pauvres ceux qui se suaient pour assister au meeting d’Azali pour son hold up éléctoral, c’est la punition de Dieu qui vous frappe , ce n’est que le début .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*