Le gouvernement retire le code électoral en examen au parlement

La polémique enfle depuis l’annonce par le gouvernement du retrait du code électoral soumis aux parlementaires pour révision. Le ministre de l’intérieur chargé des élections confirme ce retrait pour des raisons de conformité avec le calendrier électoral, selon lui.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

image

Coup de théâtre à l’Assemblée nationale, le code électoral soumis à un toilettage dans la session qui vient de s’ouvrir a été subitement retiré par le gouvernement, provoquant une tempête des réactions acerbes dans la classe politique comorienne.

Le ministre de l’intérieur chargé des élections, Houmed Msaidié, a confirmé le retrait du projet de loi portant sur le code électoral. Il a expliqué à La gazette/hzk-presse que ce retrait est dû à un problème de conformité avec le calendrier électoral qui pourrait être chamboulé.

« Le chef de l’Etat a manifesté sa volonté de n’ajouter ne serait-ce qu’une journée à son mandat », a dit le ministre Msaidié. D’après lui, le calendrier électoral est fixé en fonction du jour de la passation du pouvoir entre lui et son successeur.

« Si on fait voter avec ce code, a déclaré le ministre chargé des élections, le calendrier risque de ne pas être respecté », ajoutant que cette législature a été élue conformément au code en vigueur sans aucune remise en cause de ces élections.

« C’est la honte qu’au moment où les élus se penchent sur l’examen du code électoral qui était en voie d’adoption, le gouvernement le retire ainsi », a déploré Hassane Elbarwane (Juwa) qui s’est demandé se demandant « où est la séparation du pouvoir ».

Mohamed Rachadi, rapporteur de la commission des lois de l’assemblée nationale a laissé entendre que les députés ont été informés de manière officieuse.

« C’est au cours d’une conférence des présidents que le ministre de l’intérieur a annoncé qu’il a l’intention de retirer le code électoral », a-t-il fait savoir.

Maoulida Mbaé / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*