Le gouverneur Anissi s’est engagé dans une campagne anti-sambi à travers les médias de l’Etat

wpid-screenshot_2015-11-26-20-37-05-1.png

L’exécutif de Ndzuani et l’UPDC organisent le samedi 28 novembre à Mutsamudu une manifestation contre la candidature de Sambi aux présidentielles 2016.

image

Le gouverneur Anissi s’est engagé dans une campagne anti-sambi à travers les médias de l’Etat. Cette manifestation soit disant « pour la paix » est en réalité l’expression du désespoir du pouvoir face à la popularité de Sambi. C’est une manifestation contre la démocratie qui constitue une provocation dangereuse dont les auteurs doivent assumer les conséquences.

Le Président Ikililou vient de convoquer le collège électoral et les primaires se dérouleront à Ngazidja. Par conséquent la tournante continue son chemin selon la règle constitutionnelle. Si Sambi est candidat à ces primaires, il appartient aux électeurs inscrits à Ngazidja de s’exprimer par les urnes pour approuver ou désapprouver sa candidature soutenue par 54.000 comoriens de Maore, de Ndzuani, de Mwali et de Ngazidja ayant signé la pétition pour demander à ce que tout comorien puisse être candidat aux présidentielles sans distinction de son île d’origine.

En 2011, Dr Abdoulhakim Allaoui fut candidat aux primaires de Mwali et personne ne peut dire s’il est anjouanais ou mohélien. Il est tout simplement comorien comme l’est Ahmed Abdallah Mohamed Sambi dont la candidature est valable sauf si avant le dépôt des candidatures la constitution sera révisée pour introduire le critère de l’originalité insulaire des candidats.

Le parti JUWA met en garde les manipulateurs de l’opinion publique car leur action relève en réalité de l’esprit séparatiste et la stabilité dans le pays se trouve menacée par leurs actes irresponsables.

Mahamoud Mohamed Elarif

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*