Le gouverneur de Ndzuwani suspend le monopole d’Onicor

Dimanche 19 août, à l’occasion de l’Aïd el-fitr, le gouverneur de l’île de Ndzuwani, Anissi Chamsidine, s’est adressé aux Anjouanais à partir de sa résidence de Dar Nadjah. Il a reconnu que la population avait passé un mois de ramadhwani “particulièrement difficile“.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

“Nous venons de passer à Ndzuwani un mois de ramadan éprouvant, non seulement en raison du jeûne et de la cherté de la vie, mais surtout parce que notre sens de la tolérance, du partage, du soutien mutuel, de la solidarité et de la fraternité, qui sont les marques de notre foi, se sont relâchés “, a-t-il déclaré. Le gouverneur a, pour cela, fustigé les commerçants qui revendaient au prix fort le riz, et les consommateurs qui l’achetaient quand même.

Anissi Chamsidine a surtout indexé l’autorité publique. “Les pouvoirs publics en premier ont été incapables d’assurer aux citoyens la disponibilité des produits de première nécessité dont on a surtout besoin en période de ramadan, tels que le riz et l’électricité“, a-t-il souligné. Sur ce volet particulier du riz, le gouverneur a été très critique à l’égard de la société nationale d’importation du riz ordinaire. Premier aliment de base du Comorien, le riz ordinaire est l’objet de fréquentes pénuries depuis le rétablissement du monopole d’importation début 2011 sur l’île.

“L’Office national d’importation et de commercialisation du riz (Onicor) s’est révélé incapable de répondre à la demande des consommateurs. Comment une société sans capital ni fonds de roulement peut-elle s’octroyer ou exercer le monopole d’un produit reconnu comme une denrée de première nécessité dans un pays?”, s’est-il insurgé. C’est ainsi qu’il a décidé, à la surprise générale, de “suspendre l’application du monopole sur le riz ordinaire à Ndzuwani“. Ceci, dit-il, “pour des raisons vitales, sociales, économiques et sécuritaires”. Car, toujours selon le gouverneur, “le monopole du riz accordé à Onicor n’a pas fait que des victimes parmi la population la plus vulnérable, il a aussi contraint beaucoup de nos opérateurs économiques à la faillite”.

Par ailleurs, Anissi Chamsidine a fait sa propre auto-critique en regrettant que ses reformes n’aient pas abouti à un changement des mentalités. “Le dynamisme que j’ai toujours voulu dans notre administration n’est pas encore au rendez-vous. Mais je me bats pour inverser cette donne“, a-t-il fait savoir. Le gouverneur a, par conséquent, fait part de son projet de “fédérer plusieurs bureaux pour n’en faire que quelques directions stratégiques”.

Anissi Chamsidine a annoncé son intention de transformer les chefs de bureaux des différents commissariats en secrétaires généraux “avec plus de responsabilités, des missions bien définies et un cahier de charge bien précis”.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*