Le mal comorien: le président sultan

Opinion: Comme tout le monde le sait, le 18 juillet de chaque année est retenu comme journée internationale Nelson Mandela.

Je saisis l’opportunité offerte par ce 18 juillet 2019 pour aborder un des maux à la base de la galère que vit notre pays Des années durant: le comportement sultanesque de nos présidents.

J’ai beaucoup apprécié la dernière chronique de Rafsadjani qui illustre quelques aspects de ce comportement propre à un sultan obscur : violation du Droit, mise sous tutelle des institutions de contre-pouvoir ( Justice, Assemblée),une mime constante du  » kun fayakun  » divin.
Ma conviction est par conséquent faite que sans s’attaquer à ce mal impossible de donner un bon coup de pied dans la fourmilière ni de la corruption ni du népotisme et d’autres.

Et c’est là que l’expérience Sud-africaine mérite de retenir notre attention. Voilà un pays qui a connu le mal absolu, l’apartheid, et dont le premier Président, auréolé d’une popularité et d’un charisme rarement égalés, s’est contenté d’un mandat unique de transition. Voilà un pays dont les acteurs politiques sont forgés dans un sens admirablement élevé de l’Etat au point de voir le parti majoritaire, à deux reprises, retirer sa confiance à deux présidents qu’il a investis, Mbeki et Zuma, et les forcer à la démission. Bien sûr cela a été possible grâce au rôle de contre-pouvoir de la Justice et du Parlement.

En cette journée internationale du 18 juillet dédiée à Mandela, nous avons à gagner à approfondir ce trait de l’expérience Sud-africaine.

Soefo Aboudou


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/1/d365227695/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*