Le ministre de l’Intérieur “recadre” le gouverneur de Ndzuani

Salami sur les recommandations des assises : Le ministre de l’Intérieur “recadre” le gouverneur de Ndzuani. La déclaration faite à la radio lundi dernier par le chef de l’exécutif de Ndzuani, dans laquelle il critiquait les recommandations des assises nationales, n’a pas du tout été appréciée par le gouvernement central. Et la réaction du ministre de l’Intérieur, ne s’est pas faite attendre. Ce dernier a mis en garde le gouverneur de Ndzuani en déclarant que s’il avait voulu contester les conclusions des assises, il aurait dû prendre part au rendez-vous.

Encore une sortie médiatique du gouverneur Abdou Salami, fortement critiquée. Dans un discours tenu sur les ondes de la radio de Ndzuani, lundi 12 mars dernier, celui-ci a passé en revue l’actualité politique du pays.

Au cours de sa diatribe, il n’a pas manqué de fustiger les assises nationales plus particulièrement, ses recommandations. De la révision de la constitution jusqu’à la tournante en passant par l’autonomie des îles, le chef de l’exécutif de Ndzuani a donné son point de vue qui ne semble pas faire l’unanimité. Au lendemain de ce message, le ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou, a tenu à renvoyer le gouverneur dans ses cordes.

Cela nous épate, car pendant les assises, il avait été invité à venir pour pouvoir s’exprimer comme les autres. Il aurait pu faire valoir son avis. Il ne l’a pas fait. Aujourd’hui, ses déclarations constituent une campagne de désinformation car on les considère comme des manipulations. Et on ne va pas le tolérer, a prévenu le chef de la sécurité intérieure

dans un entretien accordé à Al-watwan hier, mercredi, en fin d’après-midi.

Responsable de la disparition de l’autonomie

Pour ce qui est de l’autonomie des îles, en voie de disparition, selon les mots d’Abdou Salami, notre interlocuteur rectifiera. “Il est mal placé pour dire que nous voulons vider l’autonomie des îles car c’est grâce à son vote quand il était encore parlementaire, que les îles ont perdu toute sorte d’autonomie. Et ceux qui ont pris part aux assises ont proposé une solution qui permettra d’améliorer l’autonomie en question et non le contraire”, a-t-il asséné.

Ce qui est regrettable dans cette histoire, a déploré Mohamed Daoudou, le gouverneur Salami s’est seulement focalisé sur la tournante et l’autonomie, oubliant la population qui attend un développement.
Les recommandations issues des assises seront mises en œuvre, nous attendons juste les décisions du comité de suivi a ajouté le porte parole du gouvernement.
Les comoriens ont tous participé aux assises nationales, et ce n’est pas du tout l’affaire du président Azali Assoumani, a insisté, le ministre de l’intérieur.

“Nous organiserons un référendum mais on ne va pas faire comme les autres qui se sont cachés pour se contenter d’un congrès où ils ont fait ce que bon leur semblait. Je regrette que Salami ne se soucie pas du train de vie des comoriens mais qu’il se contente de petites choses. Il aurait par contre sollicité la remise en place du conseil des droits de l’homme, ou la commission anti-corruption. Il doit se rappeler que le fait qu’il soit gouverneur ne lui permet pas de dire ce qu’il veut”, a déclaré le ministre.

Abdou Moustoifa / Alwatwan

2 commentaires sur Le ministre de l’Intérieur “recadre” le gouverneur de Ndzuani

  1. Kiki je t’en prie,stop de délirer et de dire n’importe quoi . Tu n’es qu’un petit voyou , videur de caisses à la douane avant de devenir le chef mafia du comité des malfaiteurs Ambari.
    Le gouverneur Salami, a droit de s’exprimer. On a rien à foutre de vos casseroles d’assises
    2021 yatru*aprés c’est le tour des moheliens avant que ça arrive à Moroni.
    Là mr Kiki , tu peux remettre les cartes sur table et refaire les choses autrement .

  2. monsieur kiki les recomandations faites par des tier et pas par le parlementsont caduc au niveau de la loi
    un gouvernement peut proposer un autre mode de vie mais pas changer la constitution comme ça il retourner à l’ecole si vous pouvez pas comprendre lisez la constitution et on vera si un referandum est possible les juges constitutionnelles

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*