Le ministre des affaires islamiques manifeste son indignation 

Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux et chargé des Affaires Islamiques réagit dans les médias après la polémique sur les visas de pèlerins. Il  fait une mise au point claire sur la situation. Il y avait un quota de 850 pèlerins que les agences se sont partagées discrétionnairement sans aucune intervention de l’Etat. Les demandes de visas étaient égales aux 850 pèlerins du quota accordé par l’Arabie Saoudite. Il est vrai que l’Etat avait demandé en partenariat avec les agences une augmentation du quota. Mais le ministère avait pris le soin de demander aux agences de ne rien faire tant que l’Arabie Saoudite ne donne pas son aval. 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Des agences, qui pour la plupart,  ne travaillent qu’un mois sur douze, attirées par le profit facile et motivées par la cupidité et les mauvaises et malsaines habitudes de ces dernières années ont joué au poker avec des comoriens. Et maintenant ils veulent accuser l’Etat. Cela est inacceptable. Une enquête sera diligentée pour dégager les responsabilités. Et en plus l’Etat a tout fait pour que ce hadj soit le plus correct possible avec un hébergement  digne, un séjour correct et un cout du transport raisonnable.

Fahmi
Fahmi
Le ministère apprend à sa grande stupéfaction que des agences auraient proposé des billets plus chers que les 850800frs comoriens fixés par l’Etat. Si cela s’avère vrai, les auteurs de cette escroquerie devront s’en expliquer devant les tribunaux dès leur retour  à Moroni, a dit le ministre.

Mohamed Abdou Mbechezi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*