Le Mouvement des jeunes patriotes «exige» la démission du vice-président Djaffar

Parti pour soutenir les reformes engagées par le chef de l’Etat et son gouvernement, le porte parole du mouvement, Saïd Toibibou a soutenu au cours de cette entrevue avec la presse que le référendum prévu le 30 juillet prochain aura lieu «quoi qu’il advienne». Selon lui, ce scrutin du 30 juillet prochain est «une des recommandations des Assises nationales, c’est donc un rendez-vous qui doit être respecté».

 

Dirigé par son président, Tamou Boina Elarif, le «Mouvement des jeunes patriotiques comoriens» (Mjpc) a tenue une conférence de presse, hier 18 juin à l’hôtel Retaj pour clamer son soutient au projet de reforme engagé par le chef de l’Etat, Azali Assoumani. Axée sur cinq points, cette rencontre a porté sur les «reformes engagées» par le gouvernement, les Assises nationales, le référendum, la question de Mayotte et l’actualité politique.

Au sujet de la tenue des assises nationales sur le bilan des quarante deux ans d’indépendance du pays, le Mjpc soutient que sa participation à ce grand rendez-vous historique avait pour objet d’apporter sa contribution au développement du pays. «Nous sommes allés aux assises munies d’un programme détailler de développement des secteurs importants du pays», a déclaré Dhoifiri Chamouine. Parti pour «soutenir les reformes engagées par le chef de l’Etat et son gouvernement», le porte-parole du mouvement, Saïd Toibibou, a soutenu que le référendum prévu le 30 juillet prochain aura lieu «quoi qu’il advienne».

Intérêts personnels

Pour défendre sa position, le porte-parole rappelle que le scrutin du 30 juillet prochain est «une des recommandations des assises nationales, ce qui fait de lui un rendez-vous immanquable». Interrogé sur l’absence du projet de loi sur le référendum, le porte-parole ajoute que le document sera rendu public «très prochainement, dès la fin du ramadan des six jours du tsumu du Sitati». Quant à la question de l’île comorienne de Mayotte, le Mjpc dit soutenir la politique du chef de l’Etat et de son ministre des Affaires étrangères qui «refuse d’accueillir les refoulés».

Par rapport à l’actualité politique, Faridi Ahamada, un des membres du mouvement a déclaré que le vice-président Djaffar Ahmed se désolidarise du projet de référendum pour «des raisons d’intérêts personnels seulement». Selon-lui, «le vice-président Djaffar s’est rendu compte que suite au référendum, le poste de vice-président n’existera plus, ses intérêts et privilèges seront supprimés alors il se range dans le camp de l’opposition».

Au terme de son intervention, Faridi Ahamada a ajouté que «le comportement du vice-président n’est pas digne d’une personne qui a toujours eu l’appui et le soutien du président, par conséquent, le mouvement exige à qu’il remette sa démission très rapidement».

Mariata moussa / Alwatwan

9 commentaires sur Le Mouvement des jeunes patriotes «exige» la démission du vice-président Djaffar

  1. Vraiment pathétique quand on se rend compte qu’une jeunesse qui devrait être l’avenir de ce pays pour defendre l’interet général de ce pays en toute démocracie ,mais se laissent corrompre par des assoiffés du pouvoir , et aller jusqu’à demander la demission de l’horable vice président Djaafar , tout ça pour faire plaisir à Azali et ses comiques . Un jeunesse encore dans le someil de la raison et pretendent se clamer intelo cadre , les Comores a encore des années de sous develloppement qui l’attendent devant lui , avec cette jeunesse corrompu , c’est vraiment à plaindre. Yarabi

  2. Des jeunes qui sont payés pour nuir mais ils pensent pas à leur avenir donner beacoup de pouvoir à ce GUZI pour faire mal aux comoriens
    cheick tu as raison ton commentaire reflete la verité ses jeunes la on s’ait pas d’ou viennent ses sont des egarés comme le president et son ministe de l’interieur

  3. les jeunes délinquants, je vous conseille si vraiment vous aimez Azali et son programme donc ayez le courage de lui dire que la tournante doit commencer d’abord par Moheli puis Anjouan ou l’inverse au lieu de N’gazidja.

  4. Des jeunes qui sont payés pour nuir mais ils pensent pas à l’heure avenir donner beacoup de pouvoir à ce GUZI pour faire mal aux comoriens

  5. Et c’est parti pour un tour!!! Un nouveau parti vient de naître, a chaque jours qui passe Adjali ya comores cree des mouvement pour avoire des soutients pour maintenir coûte que coûte son réferendum. Dans le but de se hisser au pouvoire.L’ancienns putshiste n’a pas chomé,chaque contestation il repond avec une stratégie orpere.Mais tous t’es magouille ne veront pas le jours.

  6. Je dis à ce fameux Farid Ahamada que le vice président est élu au même titre que le président Azali et qu’il n’appartient à personne encore moins à un parti de demander la démission du vice président. Moi je suis de cux qui ont considéré qu’un petit pays comme les Comores n’avait pas intérêt à avoir des gens payer à ne rien faire (car on peut se passer de ces vice président qui consomme du budget inutilement) mais qu’une fois qu’ils sont élus, vous ne pouvez pas les démettre sous prétexte qu’il ne sont pas d’accord avec le président, allons !

  7. Chers jeunes Cadres . Vous nous inquiétez car nous pensions que vous étiez les premiers à réclamer haut et fort le respect de la loi , la protection de nos institutions et l’ appei à la raison de notre Président Azali qui préside comme il commande son armée . Vérifiez si ce n’est pas qui devrait déposer sa démission ou le mettre en résidence surveillée !

  8. Qui sont ces patriotes ? Je ne doute pas qu’ils s’arrogent un titre qu’ils ne méritent pas du tout . Soutenir un dictateur, un arriviste est incompatible avec le patriotisme . Donc donnez un autre nom à votre mouvement et cessez de mentir au peuple comorien!

Répondre à Dastame Andy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*